"Beaurivage", le nouvel album d'Eddy la Gooyatsh nous fait chavirer

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/03/2016 à 12H38, publié le 02/03/2016 à 16H16
Portrait de l'artiste Eddy la Gooyatsh

Portrait de l'artiste Eddy la Gooyatsh

© Jean Elliot Senior

Avant de faire la première partie d’Olivia Ruiz, Mano Solo, Bénabar ou de jouer sur les planches du Printemps de Bourges, Eddy la Gooyatsh jouait aux côtés du chanteur Tété dans un petit groupe en tant que guitariste. Son dernier album "Beaurivage", mélange de pop et de rock sentimental, sort le 4 mars 2016. A écouter sans modération.

Eddy le Gooyatsh : drôle d'oiseau

L’album "Beaurivage" est une nouvelle étape dans la carrière du chanteur. Pour ce nouvel opus il s’agissait de laisser aller son imagination. Il co-écrit avec des artistes tels que Grimme ou encore Icare. Résultat : une voix douce qui en dit long et des sons plus soignés. Des Beatles à Chet Baker, Eddy la Gooyatsh cherche ses traces sur un chemin musical inspiré des sons hawaïens et cubains. 

Un album : trois temps

La passion de la musique, cela ne date pas d’hier. Le musicien-compositeur et interprète gratte les cordes des guitares dès son plus jeune âge. Rapidement, il veut donner de la voix.  Après « L’amour et l’eau fraîche » en 2006, « Chaud » en 2009, « C’est le jour » en 2013 ainsi que « M le Méchant » (livre jeune public) en 2015, il sort « Beaurivage ».

 


La deuxième partie est plus amère. Avec "Ta Colère à Nouveau", "De la Dentelle et Des Paillettes" ou encore le choix de reprendre mélancoliquement la chanson de Claude François "Magnolia For Ever", il chante les sentiments sur des lignes poétiques portées par une voix désabusée. Les promesses, l’avenir, les disputes : c’est l’homme blessé qui ne parvient plus à rêver, déchiré par une rupture, des regrets et le passé partagé avec l’être aimé.

Eddy le Gooyatsh laisse glisser les mots sur de douces sonorités: il faut laisser tomber les personnes qui fâchent, les personnes qui manquent, se déguiser "de dentelle et de paillettes", s’habituer aux menteurs pour continuer à vivre malgré tout. Les mélodies sont tendres mais ne pas insignifiantes pour autant. Son texte est fragile mais Eddy est un roc. Les solos de guitare électrique viennent semer le trouble dans les ballades qu’il écrit. Sur "Magnolia For Ever", il crie, se déchaîne, c’est lent mais c’est puissant. Il chante une femme, comme le faisait Claude François bien avant lui, simplement Eddy la Gooyatsh, lui, la pleure.
 

Plus loin, il fait de la femme un "Nuage" qui passe, emporté par le vent. Une relation froide et un mystère : "Joli nuage / Laisse moi voir le soleil".

Vient le dernier temps de l'album. "Madeleine" c’est une histoire d’amour, un temps révolu, une époque de bonheur, le passé que l’on regrette toujours. On s’étonne toujours de dire à voix haute "C’était la belle époque". Eddy la Gooyatsh le fredonne pour nous. Dans le même esprit, "Un hiver à moitié" berce cette dernière partie. Si "Madeleine" chantait les souvenirs, ce titre chante la nostalgie. La saison la plus froide reflète la déchéance émotionnelle du couple. 
 

Pochette de l'album "Beaurivage" d'Eddy la Gooyatsh

Pochette de l'album "Beaurivage" d'Eddy la Gooyatsh

© Eddy la Gooyatsh / "Beaurivage"


"Beaurivage" résonne comme une plainte. Une plainte contre les heures qui défilent à une allure folle, la vie qui change trop vite. En écoutant le dernier titre de l’album, on pense aux paroles : "Mieux vaut se taire". Alors pourquoi avoir déjà tout dit ?

On aime ce côté innocent mais insolent qu’a Eddy la Gooyatsh. Parler de ce qu’il ressent et puis au final "Revenir en arrière", incertain et regretter d’avoir parlé.

En fait Eddy la Gooytash trompe joliment son auditoire. Avec un titre comme "Beaurivage", on attend : beauté, calme et sérénité. Au final on reçoit un album électro-choc traitant des déboires de la vie, de l’amour. Un album qui se referme sur un hurlement. Les guitares enchaînent des accords accompagnés d’une batterie qui se déchaîne. Eddy la Gooyatsh c’est un peu ça : une main de fer dans un gant de velours.

Dates de tournée : 

Jeudi 31 mars 2016 à L'Antirouille de Bordeaux (33)
Samedi 16 avril 2016 à Le Hublot de Nancy (54)