Arrestation à Paris de la star marocaine Saad Lamjarred : émotion à Rabat

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/10/2016 à 19H12, publié le 28/10/2016 à 14H21
Saad Lamjarred au Festival de Carthage en 2016

Saad Lamjarred au Festival de Carthage en 2016

© MOHAMMED HAMM/SIPA

Suite à l'arrestation, mercredi à Paris, de la star de la pop marocaine Saad Lamjarred, soupçonné d'agression sexuelle, l'affaire faisait les gros titres de la presse locale, partagée entre interrogations et inquiétude, des artistes affichant par ailleurs leur soutien au chanteur.

Saad Lamjarred a été interpellé mercredi dans un grand hôtel parisien. Une  jeune femme de 20 ans affirme avoir été agressée dans sa chambre, selon une source judiciaire. Son témoignage est jugé "crédible à ce stade", selon une source proche de l'enquête.

Le chanteur a été présenté vendredi à la justice à Paris en vue d'une éventuelle mise en examen. Une information judiciaire a été ouverte pour "viol aggravé". Le parquet a requis son placement en détention provisoire. Le chanteur devait donner un concert samedi dans la capitale française.

Récidive ?

"Nouvelle affaire de viol pour Saad", titrait vendredi le quotidien arabophone marocain al-Ahdath, à l'unisson de la plupart des journaux du matin, qui tentaient d'établir les circonstances de l'incident, "toujours imprécises". Citant un employé de l'hôtel, le journal al-Akhbar avance que le chanteur a été vu en caleçon courant après la victime.

Saad Lamjarred a déjà été mis en cause cette année aux États-Unis pour une affaire de viol datant de 2010, dans laquelle il a nié toute implication.
Saad Lamjarred : "Le360" (clip)
Le chanteur, 31 ans, est une superstar au Maroc et dans le monde arabe. Ses titres phares (dont le tube "Lm3allem) ont été visionnés des centaines de millions de fois sur internet.

Le ministre de la Culture dément toute déclaration au site 360

Selon le site d'information en ligne Le360, le ministre de la Culture Mohamed Amine Sbihi s'est lui-même ému de cette affaire, affirmant que les autorités marocaines "feraient tout le nécessaire pour régler le problème", Lamjarred étant "une grande figure de la chanson marocaine". Or, dans un communiqué officiel, le ministre a néanmoins "réfuté l'ensemble des déclarations qui lui ont été attribuées" par Le360.

Citée par la presse locale, la mère du chanteur, Nezha Regragui, elle-même artiste connue au Maroc, s'est dite "convaincue de l'innocence de son fils", affirmant qu'il a été "victime d'un piège".

Sur les réseaux sociaux, des célébrités locales et des fans du chanteur affichaient leur soutien, avec notamment la création du hashtag  #JeSuisSaadLamjarred. "On nous envie (pour notre succès)", assurait le chanteur Hatim Amor, tandis qu'une autre chanteuse, Asma Lmnawer, demandait de "respecter la présomption d'innocence".