Adele compare le streaming à de la musique "jetable"

Par @Culturebox
Publié le 22/12/2015 à 09H55
Adele sur scène à Huerth, en Allemagne, le 6 décembre 2015

Adele sur scène à Huerth, en Allemagne, le 6 décembre 2015

© Henning Kaiser / AFP

La chanteuse britannique Adele, qui n'a pas mis son dernier album à succès "25" à disposition des sites de streaming, a déclaré que cette technique d'écoute de musique en ligne était pour elle comme écouter de la musique "jetable".

Adele, qui n'avait pas expliqué son choix d'éviter les sites de streaming lors de la sortie de son album le 20 novembre, a déclaré dans une interview publiée lundi qu'elle-même n'écoutait pas de musique en streaming, sur les plateformes qui mettent à la disposition des utilisateurs de la musique à la demande, de manière illimitée en flux sans téléchargement.

"Pour moi la musique devrait être un véritable événement", a-t-elle dit au magazine Time, en ajoutant qu'elle voulait sentir "l'excitation" avant la sortie de l'album.

Elle préfère télécharger la musique ou acheter des disques

S'exprimant sur le streaming, Adele a expliqué préférer télécharger sa musique, ou acheter des disques. "Le streaming c'est un peu comme de la musique jetable", a-t-elle dit. "Je sais que le streaming c'est l'avenir, mais ce n'est pas la seule façon d'écouter de la musique."

Si plusieurs artistes ont critiqué les maigres revenus qui leurs sont versés quand leur musique est diffusée en streaming, la plupart des maisons de disques estiment qu'elles sont obligées de passer par des sites comme le géant suédois Spotify pour diffuser leur musique

.

Elle triomphe avec "25"

Cependant, le pari d'Adèle semble être réussi, puisque la Britannique a réussi à vendre quelque 6 millions de copies de son album "25" en quatre semaines, selon les estimations données par Nielsen Music jeudi dernier.

Ces chiffres font de "25" l'album le plus vendu aux États-Unis depuis... le précédent opus d'Adele, "21", sorti en 2011. D'après le journal suédois Expressen, Adele touche 7 dollars pour chaque exemplaire vendu de son album, alors qu'elle ne percevrait qu'un centime de dollar à chaque écoute d'un des morceaux de l'album sur Spotify.