Paco el Lobo, le flamenco à pas de loup

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 29/07/2011 à 15H30
Paco el Lobo, le flamenco à pas de loup

Paco el Lobo, le flamenco à pas de loup

© Culturebox

Rencontre dans les Combrailles avec le chanteur et guitariste de Flamenco Paco el Lobo. C'est là que celui qui considéré comme l'un des plus grands interprètes de Flamenco actuel passe l'été. Une pause après la tournée mondiale qui a suivi la sortie de son quatrième album "Mi Canto Flamenco" en 2010.

Né dans le XIème arrondissement de Paris, Paco el Lobo n'a pas grandi dans l'univers du Flamenco. Mais pour ses treize ans, son beau-père lui offre une guitare et c'est la révélation. A l'adolescence, alors qu'il est placé chez un ancien ambassadeur du Pérou installé au pays basque, il apprend l'espagnol phonétiquement. C'est là qu'il découvre un disque datant de 1954 qui réunit les grands chanteurs de flamenco de l'époque dont un certain Pepe de la Matrona. Un jour  de 1968, lors d'une fête communautaire espagnole à Aulnay-sous-Bois, il chante pour la première fois sur scène mais son accent à couper au couteau provoque le fou rire général. Qu'à cela ne tienne. A seize ans, Paco " Le loup " part en solitaire en Espagne. Un voyage qui ressemble à une fugue mais qui lui permet de rencontrer trois maîtres du " cante jondo " (le chant profond en espagnol, qui désigne les chants les plus anciens du répertoire flamenco) : le fameux Pepe de la Matrona, Rafael Romero et Juan Varea. C'est auprès d'eux que Paco s'initie à l'art du flamenco. Très vite, le petit parisien est adopté par les musiciens gitans. Aujourd'hui, Paco el Lobo est reconnu dans le monde entier pour la qualité de sa musique " généreuse " et de son chant, " tout en sobriété ". Quant à son surnom de " Lobo " (le loup), il lui a été donné car, écrit-il, " dans mon coeur hurle le flamenco ".

- A voir aussi sur Culturebox :
- Paco-de-Lucia-en-ouverture-des-internationales-la-guitare
- Magga-chante-andalousie
- Le-guitariste-Manuel-Moreno-Junquera-Moraito-revient-au-festival-flamenco