Ouverture le 12 octobre du 7e MaMA, rendez-vous parisien des musiques actuelles pour les "pros"

Par @Culturebox
Publié le 10/10/2016 à 19H38
Le chanteur français Marvin Jouno (ici au Printemps de Bourges en avril dernier) est l'un des invités au MaMA 2016. 

Le chanteur français Marvin Jouno (ici au Printemps de Bourges en avril dernier) est l'un des invités au MaMA 2016. 

© GUILLAUME SOUVANT / AFP

Le MaMA, marché des musiques actuelles se déroulant à Paris, tient sa 7e édition cette semaine. Festival de musique initialement pensé pour les professionnels, à l'instar du Midem à Cannes, d'Eurosonic aux Pays-Bas ou de Great Escape en Angleterre, il s'impose année après année comme un rendez-vous phare de l'automne pour les professionnels européens comme pour le public en quête de nouveaux sons.

Le 7e MaMA va proposer de mercredi 12 à vendredi 14 octobre 130 concerts dans une quinzaine de salles du nord de la capitale (Cigale, Boule noire, Divan du  monde, Bus Palladium, Trois Baudets, etc).

Les "pros" font leur marché 

Le festival, basé autour d'une salle de l'Elysée-Montmartre refaite à neuf, ne cesse de se développer depuis ses débuts en 2010 : près de 5.000  professionnels sont attendus cette année contre 4.600 l'an dernier. Le MaMA a peu à peu pris sa place dans l'agenda européen aux cotés d'autres  rendez-vous comme The Great Escape (Angleterre), Eurosonic (Pays-Bas) ou  Reeperbahn (Allemagne), manifestations où programmateurs de concerts,  producteurs, labels viennent chercher des partenaires internationaux ou  dénicher quelques artistes en développement qui se produisent dans des  "showcases" de présentation.

Le MaMA se veut à la fois "une porte d'entrée pour les acteurs étrangers" cherchant des partenaires en France qu'une "porte de sortie" pour les artistes  français avides d'export, explique à l'AFP Fernando Ladeiro-Marques, directeur  du festival.
Parmi les invités au MaMA, le groupe de hip hop Nusky & Vaati.

Si quelques têtes d'affiche seront au programme, comme Christophe (vendredi 14) ou Youssoupha (jeudi 13), le festival mise avant tout sur des pépites en devenir, comme cette année l'intrigante Fishbach, le groupe de hip hop Nusky & Vaati, Marvin Jouno ou Clément Bazin, qui figurent tous quatre dans la nouvelle promotion 2017 du Fair, dispositif de soutien aux jeunes artistes sous l'égide du ministère de la Culture.

Conférences et débats

Côté "pro", l'agenda compte quelque 70 conférences et débats sur tous les  aspects des musiques actuelles, du poids économique de la musique électronique en France à la sécurité dans les festivals en passant par le streaming ou la circulation des artistes.

Dans les conférences, on pourra cette année entendre l'ex-PDG de Universal  Music France Pascal Nègre ou le banquier et homme d'affaires Matthieu Pigasse, propriétaire des Inrockuptibles et président du festival des Eurockéennes, mais aussi des représentants brésiliens pour présenter ce marché potentiellement porteur. Believe Digital, société spécialisée dans la distribution numérique de musique fondée par Denis Ladegaillerie, en profitera pour fêter ses dix ans avec des débats et des concerts. TuneCore, société new-yorkaise également spécialisée dans la distribution  umérique, lancera jeudi son antenne française au MaMA.

Dès mardi 11 octobre, les "Prix des Indés" à la Cigale

En prélude au MaMA, les labels de musique indépendants remettront mardi 11 octobre à la Cigale leur premiers "Prix des Indés", présentés comme des Victoires de la musique réservées aux artistes signés chez des indépendants. La chanteuse électro-rock Jeanne Added, le groupe Radio Elvis, le groupe de rap phénomène PNL ou encore le dandy Alain Chamfort figurent parmi les nommés.