Une compilation revisite la bossa nova

Par @annieyanbekian Journaliste, responsable de la rubrique Jazz-Musiques du Monde de Culturebox
Mis à jour le 31/05/2014 à 12H52, publié le 30/05/2014 à 21H36
Photo rétro du Pain de Sucre vu du Corcovado, à Rio de Janeiro, berceau de la bossa nova (détail de la jaquette du CD)

Photo rétro du Pain de Sucre vu du Corcovado, à Rio de Janeiro, berceau de la bossa nova (détail de la jaquette du CD)

© Verve / Universal

À 15 jours d'une Coupe du monde au Brésil organisée sur fond de crise sociale, le label Verve sort une compilation qui nous ramène dans un Brésil musical de rêve, celui qui vit naître la bossa nova à la fin des années 50, mouvement de créativité et d'effervescence fauché au milieu des années 60 par la dictature. Le double CD renferme de grands classiques, mais aussi de la bossa made in France...

"Bossa Nova, l'âme bohême du Brésil" sort lundi 26 mai sur le label Verve (Universal). Cette compilation rappelle à qui l'aurait oublié qu'au cours des cinquante dernières années, le Brésil n'a pas exporté que du football ou des images de carnaval. Le Brésil fascine depuis des décennies par ses musiques et ses rythmes, parmi lesquels la bossa nova, dont le rythme diffère subtilement de la samba, d'où des confusions récurrentes sur la nature de nombreuses chansons. Un genre unique et inclassable, aussi populaire dans son rayonnement que sophistiqué dans son écriture mélodique et harmonique.

La bossa nova est associée à trois génies : le compositeur Antônio Carlos Jobim, le poète et parolier Vinícius de Moraes et le chanteur et guitariste João Gilberto, interprète inimitable dans son phrasé et son jeu de guitare. La compilation, qui s'ouvre logiquement sur "A Garota de Ipanema", le standard le plus célèbre et le plus joué au monde, signé Jobim et Moraes, n'omet pas la chanson considérée comme l'hymne fondateur de la bossa, "Chega de Saudade".
João Gilberto : "Chega de Saudade" (Jobim/Moraes) - 1958
Les deux disques renferment 32 titres sortis entre 1958, année officielle de naissance de la bossa nova, et 1999, car cette musique continue d'être jouée et réinventée, et pas seulement par le jazz qui l'a spontanément adoptée à l'instar du saxophoniste américain Stan Getz. La bossa nova a connu un succès phénoménal dans la première moitié des années 60. Depuis, elle est chantée dans de nombreuses langues, du portugais au japonais.

Standards, tubes et muses
La compilation comprend bien sûr quelques monuments d'Antônio Carlos "Tom" Jobim, à l'exception notable de "Desafinado" et "Corcovado".
Tom Jobim et Elis Regina interprètent "Aguas de Março" (Jobim) à la télévision brésilienne en 1974. L'album "Elis e Tom" est l'un des chefs-d'oeuvre de la bossa nova.
Il y a ensuite des chansons d'autres artistes de la génération de Jobim, comme l'excellent compositeur et pianiste João Donato, ainsi que ceux, plus jeunes, qui ont emboîté le pas aux glorieux aînés : Chico Buarque, Edu Lobo, Caetano Veloso, ou encore Marcos Valle et son incontournable "Samba de Verão".
Marcos Valle : "Samba de Verão" (Valle/Valle) - 1965
On retrouve des muses de la bossa nova, comme Astrud Gilberto ou la regrettée Nara Leão dans le très célèbre "O Barquinho".
Nara Leão chante "O Barquinho" (Menescal/Bôscoli) en 1985
On peut écouter des musiciens moins renommés en France, des artistes cultes comme les Novos Baianos, Tom Zé et Vinícius Cantuária. Le grand Jorge Ben est également présent, entre autres délicieuses pépites à (re)découvrir.

On se rappelle à l'occasion que Quincy Jones, jazzman passionné de musique brésilienne, s'est fendu dès 1962 d'un standard inoxydable.
Quincy Jones : "Soul Bossa Nova" (Jones) - 1962
La bossa en français
Verve a sélectionné des chansons écrites ou interprétées par des artistes français. Ça commence avec le fameux "Dans mon île" de Henri Salvador. Cette chanson date de 1958. À la fin de sa vie, l'artiste français affirmait qu'elle avait inspiré le tempo lent de la bossa nova à Jobim... Or, celui-ci n'était plus là pour répondre.
Henri Salvador reprend "Dans mon île" (1958) dans l'album "Révérence" (2006)
Autre amoureux du Brésil, Pierre Barouh et son adaptation de la "Samba da Bênção" de Baden Powell et Vinícius de Moraes...
"Samba Saravah", chanson de Baden Powell et Vinícius de Moraes (titre original : "Samba da Bênção"), dont Pierre Barouh a écrit et chanté l’adaptation en français, et qui a été intégrée à la bande-originale du film "Un homme et une femme" de Claude Lelouch (1966)
La compilation renferme enfin des chansons françaises arrangées dans des rythmes brésiliens, telles que la mélodramatique "Rua Madureira" de Nino Ferrer et "Ces petits riens" de Serge Gainsbourg, sans omettre une "Maria Ninguem" (de Carlos Lyra) reprise en portugais par une Brigitte Bardot bien vaillante.
Nino Ferrer : "La Rua Madureira" (Ferrer/Beretta) - 1969
Au bout de ce captivant voyage au Brésil, il manque un grand artiste brésilien, contemporain de Jobim, considéré comme un précurseur oublié de la bossa : Johnny Alf. Sa présence dans ce joli recueil musical aurait constitué un bel hommage.
"Bossa Nova, l'âme bohème du Brésil" - sortie : 26 mai 2014

"Bossa Nova, l'âme bohème du Brésil" - sortie : 26 mai 2014

© Verve / Universal