Roly Berrio et Neeskens comme un trait d'union musical entre la France et Cuba

Par @Culturebox
Mis à jour le 12/12/2016 à 14H55, publié le 10/12/2016 à 16H57
Concert du duo franco-cubain Neeskens et Roly Bario 

Concert du duo franco-cubain Neeskens et Roly Bario 

© France 3

L'un est cubain, l'autre français... L'un joue la musique rythmée de son pays, l'autre des mélodies folk intimistes et planantes. Si tout semble séparer Roly Berrio et Neeskens, la rencontre entre ces deux artistes est une révélation. Ensemble, ils seront en concert à Paris dimanche soir, le 11 décembre 2016, puis à Chambéry et à Lyon.

Roly Berrio et Neeskens se sont rencontrés dans la cadre d'échanges culturels menés depuis 3 ans entre la France et Cuba (autour du projet Accedes cofinancé par l'UE et RFI). Cela a donné naissance à une belle amitié. Une amitié franco-cubaine scellée sur scène avec un concert au New Morning à Paris dans le cadre du festival Encuentros. Ces deux artistes nous plongent dans des univers très différents mais le mariage est incontestablement réussi. 

Reportage : D.Barrely / G.Ragris / A.Tréspeux / C.Chauvin / P.Maillard

De la musique rythmée de Roly Berrio...

Roly Berrio est originaire de Santa Clara au centre de Cuba. Cet artiste talenteux a joué avec les plus grands musiciens cubains, de Compay Segundo à Pablo Milanes. Sa musique très métissée est inspirée de l'histoire de son pays.

"Ma musique est faite de joie, de sourires comme on peut en trouver dans chaque cubain, mais également de mélancolie. En fait ce qui constitue notre culture et ce que nous sommes, c'est notre histoire. Celle de Cuba inclut aussi bien l'esclavage, la colonisation que la libération de l'île. La musique cubaine se nourrit de tout ce passé. L'important est de s'en inspirer tout en gardant un peu de légèreté et d'humour". Explique Roly Berrio

... au folk intimisite de Neeskens

Changement d'univers avec Neeskens. Ce groupe français propose une musique folk et planante, à la croisée des univers de Jeff Buckley, Damien Rice ou encore Nick Drake.

Lors de sa tournée à Cuba, le chanteur et guitariste craignait que son style musical contraste trop avec les rythmes cubains "J'ai un style qui n'est pas aussi riche que les cubains. Ma musique est simple, et chez eux c'est chaud... j'avais un petit peur mais c'était très bien" confie le chanteur qui précise avec humour que Roly Berrio a su le rassurer autour d'un verre de rhum. 

Au final, les différences s'estompent et sur scène la magie opère... La preuve dimanche 11 décembre au New Morning à Paris, le 15 décembre à la Soute à Chambéry puis le 16 décembre au Périscope à Lyon.