Rémy Kolpa Kopoul : un hommage dimanche au Cabaret sauvage et sur Culturebox

Par @annieyanbekian Journaliste, responsable de la rubrique Jazz-Musiques du Monde de Culturebox
Mis à jour le 13/09/2015 à 16H07, publié le 11/09/2015 à 21H44
Rémy Kolpa Kopoul

Rémy Kolpa Kopoul

© Radio Nova

Le 3 mai 2015, Rémy Kolpa Kopoul s'éclipsait sans crier gare, laissant incrédules et orphelins d'innombrables passionnés de musique qui avaient affûté leurs oreilles aux rythmes de sa sono sans frontières. Quatre mois plus tard, "RKK" sera célébré ce dimanche au Cabaret Sauvage. Cette soirée spéciale, organisée avec France Télévisions et Radio Nova, sera retransmise sur Culturebox.

Le "Concert improbable", qui doit démarrer à 18h au Cabaret Sauvage, sera retransmis en direct à partir de 20H sur Culturebox (à suivre ici).

Parmi les invités, on attend Yael Naim, Mayra Andrade, Miossec, Manu Dibango, Rachid Taha, Arthur H, Camille, Maïa Barouh, Flavia Coelho, Minino Garay, Ray Lema, Daby Touré, Sandra Nkaké, Jî Drû... Il y aura aussi des invités surprise, des DJs et des animateurs de choix...

Ancien reporter musical pour le journal "Libération", dont il était l'un des fondateurs, Rémy Kolpa Kopoul, natif de Brest (le 23 février 1949) était devenu l'un des grands spécialistes des musiques du monde, amoureux en particulier du Brésil et de l'Afrique, et l'un des premiers à faire connaître les artistes de ces contrées.

Quand RKK parlait des danses brésiliennes de Salvador, avec Thierry Ardisson, dans les années 80... - Ina

Animateur, DJ, défenseur de la world music

Animateur emblématique sur Radio Nova, DJ infatigable, promoteur inlassable et bienveillant de nouveaux artistes sur la scène du Comedy Club ("Le Lundi, c'est Rémy"), "RKK" était en pleine activité au moment de sa mort, bien qu'ayant du mal à se déplacer.

Sa dernière grande joie artistique, quelques semaines avant sa disparition : assister à la concrétisation en avril 2015, à Montreuil, du projet de pièce de théâtre musical qu'il rêvait de monter depuis dix ans, "K-Rio-K" (à voir ici), consacrée à un âge désormais lointain du Brésil, situé dans les années 1910 et 1920... La distribution incluait la chanteuse Mariana de Moraes, petite-fille de Vinicius de Moraes, légendaire poète-diplomate et gloire de ce Brésil que "RKK" aimait passionnément.

Le lendemain de la dernière des six représentations, il était encore présent au Nouveau Théâtre de Montreuil, muni de sa canne, pour applaudir le grand João Donato, pianiste légendaire de la bossa nova. À peine deux semaines plus tard, il nous quittait. Quelques heures avant sa mort, il animait un concert caritatif à Brest pour venir en aide à la famille d'un ami musicien brésilien disparu.

Un "voyage improbable" de RKK au Brésil, par le biais des ondes de Radio Nova... (6 janvier 1997)