Le trio palestinien Joubran fête ses dix ans à l'Olympia

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/02/2013 à 11H52, publié le 14/01/2013 à 10H38
Le trio Joubran salue le public de Ramallah, en Cisjordanie, le 8 janvier 2013

Le trio Joubran salue le public de Ramallah, en Cisjordanie, le 8 janvier 2013

© Abbas Momani / AFP

Le plus célèbre groupe de musique traditionnelle palestinien célèbre son 10e anniversaire avec un nouveau spectacle, ce soir, à l'Olympia, à Paris.

Ce spectacle de près de deux heures proposera un florilège des compositions du trio, mais également des créations. Il a été rodé le mardi 8 janvier dernier, lors d'un concert à guichet fermé à Ramallah, en Cisjordanie. Les tickets s'étant envolés en quelques heures, le groupe, qui séjourne essentiellement à Paris depuis 2005, a dû promettre à ses fans de faire une tournée cet été dans les Territoires palestiniens.
Le trio Joubran en concert à Ramallah (8 janvier 2013)
Le groupe est composé des trois frères Joubran - Samir, né en 1973, Wissam, né en 1983, et Adnan, né en 1985, tous virtuoses de l'oud, l'incontournable luth oriental - et du percussionniste Youssef Hbeisch. Ils sont les fils du luthier Hatem Joubran, 68 ans. Le trio s'est réellement formé en 2004 autour de Samir, qui avait débuté une carrière solo quelques années plus tôt.

"Sans le succès local en Palestine, nous ne serions jamais devenus ce que nous sommes aujourd'hui", a affirmé Samir lors d'une conférence de presse le 8 janvier à Ramallah avant le concert. "Le secret de notre succès", a expliqué l'aîné des frères Joubran, "est notre conviction que l'auditeur, en particulier l'auditeur occidental, doit recevoir une dose culturelle d'identité palestinienne."

"Nous n'avons jamais occidentalisé notre musique, nous sommes restés fidèles à nos racines et à notre identité arabe", a-t-il souligné.
Un extrait "live" du trio Joubran (2012)
Une dynastie d'oudistes
Issu d'une famille de luthier, héritier d'une lignée d'oudistes (quatre générations), le trio est originaire de Nazareth, la plus grande ville arabe d'Israël, en Galilée (nord). En dix ans, il a donné plus de 1000 concerts dans le monde entier et produit cinq albums, dont "A l'Ombre des Mots", un enregistrement en public avec le poète national palestinien Mahmoud Darwich peu avant sa mort en août 2008, et deux musiques de film, "Adieu Gary" (2008) de Nassim Amaouche (la musique de leur album "Majâz" a illustré le long métrage) et "Le Dernier Vol" (2009), de Karim Dridi.


> Leur prochain concert : jeudi 7 février 2013 à l'Olympia, à Paris, 20H
> Leur dernier disque : "AsFâr", sorti en 2011 (World Village / Harmonia Mundi)