L'Algérie en vedette à la Cité de la musique de Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 11/09/2012 à 17H06
Le chanteur algérien Abdelkader Chaou

Le chanteur algérien Abdelkader Chaou

© DR

Dès ce mardi, et jusqu'au dimanche 16 septembre, le temple musical de la Villette rend hommage à l'Algérie à l'occasion du cinquantenaire de son indépendance.

L'Algérie est ainsi fêtée au rythme des musiques qui ont accompagné son histoire: chaâbi, raï, chanson kabyle... sans oublier la musique classique et les chansons racistes coloniales.

L'Algérie et la musique classique
De ce côté-ci de la Méditerranée, peu de gens connaissent l'exsistence de l'Orchestre Symphonique National d'Algérie.
Plusieurs de ses solistes, ainsi que sa directrice Zahia Ziouani, doivent se joindre à l'Orchestre symphonique Divertimento pour interpréter, ce mardi soir, un répertoire comprenant "La Suite algérienne" de Camille Saint-Saens, ou la "Mélodie mauresque" de Francisco Salvador-Daniel (1831-1871). Saint-Saens (1835-1921) a souvent séjourné dans la capitale algérienne, où il est décédé.

Zahia Ziouani, chef d'orchestre, le 27 avril 2011 à Stains

Zahia Ziouani, chef d'orchestre, le 27 avril 2011 à Stains

© Isabelle Simon / Sipa
Mercredi soir, la Cité de la Musique célèbre l'émir Abd El-Kader (1808-1883), opposant farouche et inlassable à la colonisation française, mais aussi poète et écrivain. Le baryton-basse Arnaud Marzorati et d'autres musiciens doivent interpréter un programme ponctué d'extraits de ses poèmes, ainsi que des chansons de propagande coloniale et raciste...

L'Algérie, l'Indépendance, l'histoire récente
Ce week-end, le cycle Algérie cèdera la place à l'histoire plus récente du pays, avec différents styles musicaux, tels que le chaâbi de la Casbah d'Alger, le raï des cabarets d'Oran, la chanson kabyle identitaire des montagnes du Djurdjura ou les chants célébrant l'Algérie indépendante.

Au programme de samedi soir, les chants patriotiques entonnés par l'artiste Rabah Driassa juste après l'Indépendance sont repris par son fils, Abdou Driassa, vedette de la variété algérienne. La soirée donnera aussi à entendre des classiques du chaâbi, un genre musical associé à cette période d'euphorie. Ils doivent être interprétés par une formation emmenée par le célèbre chanteur Abdelkader Chaou. Ce même samedi soir, la chanteuse Cheba Fadéla représentera le raï, dont elle a été une pionnière dans les années 70.

Dimanche soir, la Kabylie, incontournable, sera représentée par le chanteur Lounis Aït Menguellet, l'un des représentants de la revendication de l'identité kabyle à travers des textes d'une grande force poétique.

Le chanteur kabyle Lounis Aït Menguellet

Le chanteur kabyle Lounis Aït Menguellet

© M. Bouchafa
Par ailleurs, la Cité propose des projections de films : "Avoir vingt ans dans les Aurès" (dimanche 16, 11h), "Chronique des années de braise" (dimanche, 15H) et un documentaire sur le Festival panafricain d'Alger 1969 (dimanche, 19H). Enfin, un forum sur l'indépendance de l'Algérie vue par les musiciens est organisé samedi après-midi, à 15H.

"Mémoires au présent : l'Algérie"
11 septembre - 16 septembre 2012
Cité de la Musique
221, rue Jean-Jaurès
75019 Paris

"Mémoires au présent", l'Algérie à la Villette

"Mémoires au présent", l'Algérie à la Villette

© Bruno Boudjelal / AgenceVu
Voir aussi :
> Algérie, un état des lieux en juillet 2012, au coup d'envoi des festivités du cinquantenaire, sur le site Géopolis, par Laurent Ribadeau Dumas