Hommage musical à Papa Wemba mercredi à Abidjan

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/04/2016 à 17H30, publié le 25/04/2016 à 16H46
Papa Wemba au Festival des musiques urbaines d'Anoumabo, 24 avril 2016

Papa Wemba au Festival des musiques urbaines d'Anoumabo, 24 avril 2016

© STR / MAGAZINE TOP VISAGES / AFP

La Côte d'Ivoire va rendre mercredi un hommage musical au roi de la rumba congolaise Papa Wemba, décédé dimanche à Abidjan, où une délégation est arrivée de République démocratique du Congo pour organiser le rapatriement du corps et les obsèques.

"Une grande veillée artistique pour rendre hommage à l'illustre disparu est prévue dans la nuit de mercredi à jeudi", écrit le commissariat général du Festival des musiques urbaines d'Anoumabo (Femua) auquel le chanteur participait lorsqu'il est mort en plein spectacle. "Plus de cent artistes chanteurs et musiciens nationaux et internationaux vont se succéder sur la scène de cette veillée de 21 heures à l'aube", ajoute le Femua.

Avant cet hommage, les organisateurs devaient établir le programme des obsèques et le rapatriement du corps en RDC. Une délégation -dont la veuve du chanteur, Marie Rose dit maman Amazone, et le gouverneur de sa région natale de Sankuru, le Pr Ulungu Lukata Berthold- est arrivée à Abidjan en provenance de Kinshasa. Une rencontre était prévue en compagnie de l'ambassadeur de RDC à Abidjan, rentré précipitamment du Mali en vue d'établir un programme définitif, avait auparavant déclaré à l'AFP Salif Traoré, le leader du groupe ivoirien Magic System, promoteur du Femua.

La mort du musicien à la Une des quotidiens ivoiriens

"Le dernier roi de la rumba se retire de la scène", écrit le journal indépendant Tribune. "Papa Wemba a rangé le micro, hier", selon le quotidien L'Expression. Le journal gouvernemental Fraternité Matin barre sa Une "Décès de Papa Wemba/ L'icône de la musique tombe micro en main".

Les hommages se sont multipliés pour saluer un des chanteurs africains les plus populaires d'Afrique et le prince de la SAPE (Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes), mouvement dont il a été l'un des initiateurs au Zaïre dans les années 70 et qui se caractérise par les plus grandes audaces  vestimentaires.

Le Congolais (RDC) Koffi Olomidé, un chanteur de renom dit "pleurer un grand frère" sur sa page facebook. "La musique congolaise est décimée, elle a explosé (...) je refuse de croire à la nouvelle" de la mort de Papa Wemba, "un ami très cher", affirme Koffi Olomidé, un adepte de la rumba. "Souvenir avec Papa Wemba dans un duo de +Ami Oh+ de Manu Dibango. Il avait une voix d'ange", a twitté en anglais la chanteuse béninoise Angélique Kidjo.

À Paris, le ministère français des Affaires étrangères lui a rendu hommage lundi. "Papa Wemba aura marqué l'histoire de la culture congolaise en réinventant la rumba devenue, grâce à lui, un phénomène artistique et musical universel". "Avec la création de la Société des ambianceurs et des personnes élégantes, il a également constitué un phénomène social majeur", a estimé le Quai d'Orsay.