Brésil : Chico Buarque interdit une pièce, froissé par des commentaires anti-Lula

Par @Culturebox
Publié le 21/03/2016 à 19H24
Le chanteur-compositeur Chico Buarque en concert à Sao Paulo le 1er mars 2012.

Le chanteur-compositeur Chico Buarque en concert à Sao Paulo le 1er mars 2012.

© Eduardo Nicolau / AGencia Estado / AFP

Parce que des commentaires raillant l'ancien président brésilien Lula avaient été improvisés sur scène, la légende de la musique brésilienne Chico Buarque a interdit à un metteur en scène d'utiliser ses chansons dans un spectacle en son honneur.

Lula et Rousseff taxés de "voleurs" sur scène

Samedi soir, au milieu du spectacle "Toutes les comédies musicales de Chico Buarque en 90 minutes", à Belo Horizonte (Sud-Est), le metteur en scène Claudio Botelho a provoqué un tollé dans la salle en traitant l'ex-président Lula et la présidente de gauche Dilma Rousseff de "voleurs".

"Cette nuit-là, un ancien président voleur est allé en prison", a lâché Botelho, selon le journal Estado de Minas. Le metteur en scène, qui interprétait lui-même un des personnages de la pièce, a aussi évoqué une "présidente voleuse" d'après le quotidien.

Une partie du public s'est mis à le huer et à crier "Il n´y aura pas de coup d´État", le slogan de ralliement des Brésiliens qui soutiennent le gouvernement. Le spectacle a été annulé quelques minutes plus tard, ainsi que la représentation de dimanche, la dernière de la tournée.

Le renouveau de la musique brésilienne dans les années 60 dont Chico Buarque fut le chantre en compagnie d'artistes comme Caetano Veloso et Gilberto Gil, était le support d'une expression contestataire face au pouvoir détenu par les militaires jusqu'au milieu des années 80.

Chico Buarque refuse que son oeuvre soit détournée au profit de la droite

"Quand il a su ce qu´il s´est passé samedi, Chico a été stupéfait puis profondément dégoûté par l´attitude de l´acteur et metteur en scène", a expliqué Mario Canivello, attaché de presse du chanteur-compositeur qui a toujours soutenu ouvertement le Parti des travailleurs (PT) au pouvoir.

"Chico n´a pas digéré que son oeuvre ait pu être détournée au point d´afficher des opinions de droite", a fulminé l´attaché de presse, soulignant que le chanteur avait "décidé qu´il n´autoriserait plus l´usage de ses chansons dans les futurs spectacles de Claudio Botelho".

M. Botelho s´est lui défendu dans la presse, se disant "censuré par l´auteur" comme Chico Buarque l'avait été sous la dictature quand des militaires avaient fait irruption sur scène pour interrompre un de ses spectacles en 1968.

Le Brésil est déchiré par une crise politique historique envenimée par un méga-scandale de corruption, qui pourrait déboucher sur la destitution de la présidente Rousseff par le parlement et divise la population entre pro et anti-gouvernement.