Mort du chanteur chilien engagé Angel Parra

Par @Culturebox
Publié le 11/03/2017 à 15H25
Le musicien et romancier chilien Angel Parra à la Fête de l'Humanité en 2003.

Le musicien et romancier chilien Angel Parra à la Fête de l'Humanité en 2003.

© Joel Saget / AFP

Le chanteur et guitariste chilien Angel Parra est mort samedi à Paris à l'âge de 73 ans des suites d'un cancer. Cette grande figure de la diaspora chilienne avait trouvé refuge en France il y a quarante ans, peu après le coup d'Etat militaire au Chili.

"Il est malheureusement décédé aujourd'hui à huit heures du matin", a fait savoir l'ambassadrice du Chili en France, Marcia Covarrubias samedi midi. "C'est une grande perte pour le Chili et pour l'art", a-t-elle dit. "Angel Parra a vécu 40 ans en France, qui était devenue aussi sa patrie", a ajouté l'ambassadrice.
 
"Grande figure de la diaspora chilienne", l'artiste a "combattu courageusement un cancer pendant presque trois ans, sans jamais cesser ses récits, ni les présentations de ses livres et de ses enregistrements", a écrit l'ambassade du Chili dans un communiqué.

Fils d'une chanteuse de légende

Né en 1943, à Valparaiso, le musicien était le fils de Violeta Parra (1917-1967), immense chanteuse latino-américaine qui a remis à l'honneur la musique traditionnelle et populaire chilienne et a vécu longtemps à Paris.
 
Sa mère "a été le lien avec la France", selon l'ambassadrice, qui souligne que le musée de l'Homme célèbre cette année à Paris le centenaire de la naissance de Violeta Parra avec une série de conférences et d'expositions.
 
Angel Parra était "non seulement membre d'une dynastie de créateurs incomparable" mais aussi "un être engagé, solidaire, entier, une personnalité charismatique et généreuse", résume l'ambassade.
 
Il avait très vite partagé la scène avec sa mère comme musicien et créateur. En 1965, il avait créé avec sa soeur Isabel "La Peña de Los Parra", lieu de la chanson populaire chilienne.

 

Musicien mais aussi romancier  

En 2013, il avait sorti un disque "Venceremos", en hommage à Salvador Allende.
 
Il est l'auteur du roman "Mains sur la nuque" (2007) dans lequel il évoque le coup d'Etat de Pinochet, mais aussi de trois autres romans, dont "Bienvenue au Paradis" (2015).
 
En 2006, il avait sorti un CD où il interprétait les chansons de sa mère Violeta Parra et un livre sur l'histoire de celle-ci. Fin 2004, il avait reçu avec sa soeur Isabel le titre de "Figuras fundamentales de la música chilena".