"Mind of Mine", premier album en solo de Zayn, en tête du hit parade

Par @Culturebox
Publié le 04/04/2016 à 10H55
Zayn en concert, avril 2016 en Califormie

Zayn en concert, avril 2016 en Califormie

© Jason Kempin / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

"Mind of Mine" (Ma pensée), le premier album en solo de Zayn, est passé en tête du hit parade aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, ce week-end. L'album est sorti exactement un an après le départ de Zayn Malik du groupe One Direction.

L'album sorti le 25 mars, s'est vendu à 157.000 exemplaires au cours de la première semaine aux Etats-Unis, a annoncé Nielsen Music tard dimanche. Zayn devient le premier artiste masculin britannique en solo à se classer en tête du Billboard américain. "Mind of Mine" s'est également classé en tête du hit-parade en Grande-Bretagne, selon l'Official Albums Chart (ventes hebdomadaires d'album) de vendredi.
Zayn Malik - Mind Of Mine (Sneak Peak) 2016
Très loin des chansons innocentes de One Direction, le titre parle de sexe et de blasphème. Dans un clip vidéo osé, Zayn enlace et embrasse le mannequin Gigi Hadid, en petite tenue. Dans la chanson, Zayn Malik -qui se fait appeler Zayn- promet de rester "toute la journée au lit" et d'emmener son amante dans un "endroit si pur, si sale et brut". "C'est notre paradis et c'est notre zone de guerre". Le chanteur fait référence à l'islam dans une pique marquante pour un musulman baignant dans la culture musicale occidentale : "Pillowtalk - mon ennemi, mon Allah". 

Le Britannique de 23 ans a en grande partie enregistré l'album à Los Angeles avec le producteur Malay, plus connu pour sa collaboration avec Frank Ocean. L'influence de Malay se ressent dans "Pillowtalk", nettement inspiré du R&B américain, très loin de la pop acidulée de One Direction.

L'album est sorti exactement un an après le départ de Zayn Malik du groupe, produit de l'émission télévisée "The X Factor" qui est devenu depuis sa révélation en 2010 l'un des plus vendeurs au monde. Zayn a expliqué dans un entretien avoir quitté le groupe, qui remplissait pourtant les salles d'adolescentes en furie, parce qu'il ne s'y sentait plus à l'aise depuis longtemps.