Lulu Gainsbourg chez Serge à Clermont-Ferrand

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 02/11/2011 à 10H59
Lulu Gainsbourg chez Serge à Clermont-Ferrand

Lulu Gainsbourg chez Serge à Clermont-Ferrand

© Culturebox

Lucien Gainsbourg dit "Lulu" sera en concert le mercredi 2 novembre 2011 à la "Coopérative de Mai", située rue Serge Gainsbourg à Clermont-Ferrand, avec à ses côtés Ayo, Sly Johnson, Dani et Angelo Debarre. Cette mini-tournée de quatre dates se prolongera au Casino de Paris (8 novembre), au Cirque royal de Bruxelles et aux Rendez-vous soniques de Saint-Lô. 

Son album hommage à Serge Gainsbourg "From Gainsbourg to Lulu" sortira le 14 novembre 2011. Quelques jours plus tôt, Le 9 novembre, la maison Sotheby's mettra aux enchères à Paris les manuscrits originaux de plusieurs chansons de Serge Gainsbourg dont "Love on the Beat" et "Sorry Angel".

Descendant par sa mère d'un maréchal du IIIème Reich et héritier direct d'un père qui a porté l'étoile jaune, Lucien Gainsbourg est à l'image de cette généalogie : Complexe. Serge le présentait comme un cocktail molotov, un mélange instable prêt à exploser à la première étincelle. Lui se voit surtout comme un orphelin, abandonné à l'âge de 5 ans par un père dont il ne s'explique toujours pas le besoin d'autodestruction. "Peut-être puisait-il son inspiration dans l'alcool. Je n'en sais rien. Je ne bois pas, je ne me drogue pas : les films et les jeux vidéos sont ma seule addiction" confiait récemment Lulu dans une interview. "Fils à papa", l'étiquette ne colle pas vraiment à la peau de Lulu qui s'est construit aux côtés de sa mère, la chanteuse Bambou, qui l'a encouragé à faire ce qu'il aime et ce à quoi il pouvait être bon : "Si tu veux être un truand, soit le meilleur des truands". Ce sera la musique, mais loin de la Gainsbarremania, à Boston aux Etats-Unis. Rattrapé par son double héritage, c'est à l'Opéra de Tel-Aviv qu'il a entamé sa carrière publique d'artiste lors d'une soirée dédiée à son père, pour le vingtième anniversaire de sa disparition. Il y a notamment interprété "Le sable et le soldat", une chanson aux accents sionistes écrite par Serge Gainsbourg durant la guerre des six jours, jamais interprétée en public, et offerte à l'Etat hébreu par son auteur. Lulu Gainsbourg est ce drôle de cocktail molotov qui ne demande désormais plus qu'à exploser.