Vieilles Charrues: belle édition mais fréquentation en baisse

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 23/07/2012 à 08H52
Les Vieilles charrues ont rassemblé cette année quelque 240 000 festivaliers

Les Vieilles charrues ont rassemblé cette année quelque 240 000 festivaliers

© G.SOUVANT/SIPA

Les organisateurs des Vieilles Charrues, le plus grand festival de musiques actuelles de France, ont annoncé dimanche une baisse du nombre de spectateurs pour cette 21e édition à Carhaix, en centre Bretagne, qui s'est achevé hier soir avec un concert de Bob Dylan.

"188.000 billets ont été vendus pour 244.000 festivaliers", a déclaré Jean-Philippe Quignon, co-président du festival, lors d'un point-presse à Carhaix. Cette baisse de fréquentation est due à la soirée du jeudi qui n'a pas fait le plein, a ajouté M. Quignon en précisant que le point d'équilibre, à 180.000 billets, est malgré tout atteint. En 2011, le festival, créé en 1992 par une bande de copains, avait réuni pour sa 20e édition environ 268.000 personnes, dont 212.000 spectateurs payants, soit 14.000 de plus qu'en 2010.

En clôture, Bob Dylan déçoit ses fans

Dimanche, c'est la légende américaine folk et rock Bob Dylan, attendue depuis des années aux Vieilles Charrues, qui a clos le festival. Le maître incontesté de la musique populaire américaine a rassemblé plus de 50.000 personnes venues écouter le pionnier de la chanson engagée, mais qui sont restées sur leur faim, a constaté un journaliste de l'AFP.

A 71 ans, la légende vivante, habillée d'un pantalon blanc, d'un blaser bleu marine et d'un grand chapeau blanc à bord plat, acclamée lors de son entrée sur la grande scène Glenmor, a assuré la promotion de son prochain album sans répondre aux attentes du public qui l'a écouté sans grand enthousiasme.

Bob Dylan assure le concert de clôture des Vieilles charrues 2012

Bob Dylan assure le concert de clôture des Vieilles charrues 2012

© F.TANNEAU/AFP
L'interprète de "Hurricane" s'est installé au clavier, levant d'entrée le suspens lié à l'instrument qu'il allait choisir de jouer pour accompagner son chant à la voix plus éraillée que jamais. En fin de concert, le chantre de la "protest song" a interprété Like a Rolling Stone, All Along the Watchtower ou encore Blowin' in the Wind, sa chanson pacifiste qui sera reprise comme un hymne dans les années 1960 par les adversaires de l'engagement américain au Vietnam.

Deux jours plus tôt, Robert Zimmerman, le nom d'état-civil de Bob Dylan, avait bousculé le programme en exigeant de chanter à 20H50 au lieu de 18H00 comme prévu. Le groupe américain Garbage a interverti sa prestation avec l'auteur de Tambourine Man. L'auteur-compositeur-interprète qui a également refusé la présence de photographes dans la fosse en bordure de scène, n'autorisant les prises de vue et la captation vidéo du spectacle qu'en plan large depuis le public.

Séquences émotion avec Sting et The Cure

 

 

Retouvez tous nos reportages aux Vieilles Charrues