Vieilles Charrues 2017 : Deluxe et Manu Chao ouvrent le bal avec panache

Par @Culturebox
Mis à jour le 16/07/2017 à 10H57, publié le 14/07/2017 à 17H47
Le groupe aixois Deluxe aux Vielles Charrues 2017.

Le groupe aixois Deluxe aux Vielles Charrues 2017.

© Hugo marie / EPA / MaxPPP

C'était tout l'enjeu de cette première journée : chauffer le public et mettre l'ambiance pour placer sous les meilleurs auspices ces 4 jours de festival. Culturebox vous raconte les concerts des artistes qui ont brillé dans cet exercice.

Pour ce premier jour de festival, les Aixois de Deluxe avaient la lourde tâche d’inaugurer, dès 18h, la scène Glenmor, la plus grande du site. L’heure était encore aux installations de tentes de camping pour les festivaliers ou aux interviews d’artistes dans l’espace presse (situé juste derrière la scène Glenmor)… Pourtant, les premières notes électrisantes jouées par les 6 compères du groupe Deluxe résonnent comme un coup de tonnerre sur les Vieilles Charrues. Une étoile du berger sonore pour les pèlerins en quête d’un show énergisant. Leur concert devient "the place to be" grâce à leur électro-groove délirante et décapante. 

L’électro-groove frénétique et exaltée de Deluxe

Les corps sont comme ensorcelés par cette musique entraînante et une furieuse envie de danser s'empare des milliers de festivaliers présents. La communion entre Deluxe et son public est totale. Les Aixois dictent leur tempo et font sauter, applaudir, lever les bras et même… s’asseoir le public tout entier.
Les aixois de Deluxe ont lancé l'édition 2017 des Vieilles Charrues avec énergie 

Les aixois de Deluxe ont lancé l'édition 2017 des Vieilles Charrues avec énergie 

© Medhi Weber

Lorsque l’électro prend le dessus sur la musique avec des airs de "dubstep" (sorte de hardcore de l'electro), la sage euphorie se transforme en transe désordonnée. C’est l’heure des traditionnels "pogos", sortes de défoulements cathartiques où les corps, libérés et frénétiques, cherchent à s’entrechoquer au milieu de la foule. Une pratique chère aux habitués des Vieilles Charrues.
Pour mettre l'ambiance, Deluxe a lancé des ballons géants à moustache (leur symbole) parmi la foule. 

Pour mettre l'ambiance, Deluxe a lancé des ballons géants à moustache (leur symbole) parmi la foule. 

© Medhi Weber
Deluxe n’en finit pas de jouer avec son public. Concours du "danseur le plus fou" choisi parmi les festivaliers pour monter sur scène avec le groupe, ballons géants jetés dans la foule et le concert se transforme en gigantesque fête. Tant et si bien que… Matthieu Chédid (alias -M-), qui se produit sur la scène voisine quelques minutes plus tard, vient ajouter sa touche d’excentricité à ce joyeux attroupement. L’occasion de jouer le titre "Baby that’s you", que Deluxe a composé en featuring avec -M- pour son dernier album "Stachelight".

De rappel en rappels, le groupe peine à quitter la scène. En tout cas pas sans jouer "Pony", leur plus grand tube, dont ils reprennent en chœur le refrain : "are you ready to play the game ?" ("êtes-vous prêts à jouer le jeu?" en français). Comme pour inciter les festivaliers à mettre un peu de folie dans ces 4 jours de festival. Et c’est bien parti !

Le marathon musical de Manu Chao

2h15 de concert non-stop. C’est la performance réalisée jeudi soir, le 13 juillet, par l’ex Mano Negra entouré de ses 5 musiciens. En guise de comparaison : sur tout le festival, aucun concert ne devrait dépasser 1h30. Le franco-espagnol a soufflé le mois dernier ses 56 bougies mais il n’a rien perdu de son énergie. Toujours aussi communicative d’ailleurs. A coups de "Bongo Bong", "Me Gustas Tu" et "Clandestino", Manu Chao infuse la bonne humeur dans l’esprit des festivaliers, qui reprennent, de mémoire, les paroles de ces tubes. La foule qui s’est massée devant la scène est immense et constitue une marée humaine uniforme. 

Reportage : J. Seigner / K. Hannedouche / D. Lefebvre

Pour les plus téméraires, la difficulté a donc été de se frayer un chemin au plus près de la scène pour profiter pleinement de cette incroyable ambiance. Culturebox a pu observer différentes techniques pour y parvenir.

La foule devant Manu Chao était impressionnante

La foule devant Manu Chao était impressionnante

© Medhi Weber
Il y a d’abord celle que l’on pourrait appeler "du bateau brise-glace" : les groupes souhaitant se rendre ensemble devant la scène se tiennent par l’épaule ou la main. A leur tête, une personne agile aux épaules solides et aux coudes assurés, capable de fendre la foule là où des espaces se créent. Plus sournois, certains prétextent un groupe d’amis qu’ils doivent rejoindre. Mention spéciale pour ces 4 jeunes filles expliquant sur leur passage être "les danseuses de Manu Chao" et qu’elles sont "très en retard pour leur show". L’histoire ne dit pas si les festivaliers ont cru à cette imposture, mais la joyeuse tribu est parvenue à atteindre les grilles de sécurité, et ont bien fini par danser à quelques mètres de l’artiste.
Plus on approche de la scène, plus l'ambiance est impressionante 

Plus on approche de la scène, plus l'ambiance est impressionante 

© Medhi Weber
Toujours aussi militant, Manu Chao a convié sur scène des représentants d’associations écologistes, et notamment anti-OGM. Deux banderoles, une en breton, l’autre en français sur laquelle est inscrit "ni dans nos champs, ni dans nos assiettes" . Mais pas question d’arrêter la musique pendant les prises de paroles engagées, qui sont suivies par le titre "Fuera Monsanto !" (Dehors Monsanto !), référence aux polémiques suscitées par le géant des semences agro-industrielles en Amérique Latine.

2h15 de show sans jamais descendre en intensité. Mission accomplie pour Manu Chao qui a donné le tempo : les Vieilles Charrues 2017 seront... énergiques !