Figure de la scène musicale sénégalaise, Faada Freddy monte sur Le Ring pour défendre l'album "Gospel Journey".

À tout juste 40 ans, le chanteur à la voix soul, ancien membre du groupe de hip hop Daara J sort son premier album solo, "Gospel Journey" (Think zik). Ce pionnier du rap africain vient faire vibrer son timbre de velours sur Le Ring de France Ô, mettant à l'honneur de nouvelles influences musicales.

À propos de Faada Freddy
Né à saint-Louis au Sénégal en 1975, Abdoul Fatah Seck de son vrai nom met un pied dans le rap au début des années 1990, parallèlement à ses études. Avec Ndongo D et El hadj Man, il fonde Daara J Family. Certes influencé par le hip hop, le trio s'amuse des genres et emprunte également aux musiques traditionnelles africaines, au reggae et à la soul américaine. Le groupe se fait très vite remarquer dans les festivals français, enchaîne les albums et les premières parties d'artistes prestigieux, de Mos Def à Peter Gabriel en passant par Zebda.

En février 2015, l'émission Entrée Libre lui consacre un numéro : "Faada Freddy, le rythme dans la peau".

Imany se souvient
Au début des années 2010, le producteur Malik Ndaye le repère à Dakar et se laisse séduire par sa voix soul et ses sessions acoustiques. Il parvient à convaincre l'artiste d'entamer une carrière solo en Europe, où Faada Freddy trouve un soutien artistique auprès de Bernard Lavilliers, Ben L'Oncle Soul ou Patrice. La chanteuse Imany, également révélée par les soins de Malik Ndaye, se souvient de sa première rencontre avec le chanteur sénégalais : 

« Un soir je suis allée chercher refuge à la Bellevilloise de Paris, pour oublier les tensions de la vie et entrer en contact avec un de ses anges. Faada Freddy y jouait. Ça tombait bien. Il attendait dans sa minuscule loge, souriant, habillé de blanc et coiffé d’un chapeau melon. Sa canne, assise par terre ne le quittait plus, ou plutôt c’est lui qui s’accrochait à elle, tel un prophète des temps modernes. Alors qu’il montait sur scène, il était imperceptiblement nerveux et je le trouvais touchant. La salle, pleine de vieux et de futurs admirateurs, chantait pour lui avec une dévotion de paroissien. L’endroit choisi pour ce concert était modeste. Quelle ne fût donc pas ma surprise, lorsqu’à ma gauche, Lenny Kravitz prenait place comme si de rien n’était. Il avait entendu parler des miracles de "ce mec", alors par lui même, il était venu vérifier. La soirée prenait donc des allures surréalistes, Faada Freddy imperturbable, chantait, beatboxait, sifflait de toute son âme pour percer nos cœurs et il y parvenait. Avec sa voix d’un autre monde, il a su faire chanter, bouger, crier, rire et bien sûr pleurer. Je me suis demandée ce qu’un monstre comme Lenny Kravitz devait penser de ce petit Sénagalais. Et comme s’il avait lu dans mes pensées, il s’est tourné vers moi, et m’a confié dans un émerveillement de type qui n’a plus rien à prouver : "The guy is amazing …his voice is effortless". Comprenez que le gars est merveilleux et que tout semble facile. J’ai senti qu’il faisait à présent parti des convertis et comme moi il avait passé une de ces soirées qu’on a du mal à oublier ». 

Faada Freddy se démarque par son sens du rythme et l'utilisation de percussions corporelles : il utlise son propre corps pour donner le la de ses compositions soul.

À l'occasions d'un concert au festival Jazz à Vienne en 2014, le Sénégalais explique justement à France 3 son passage du rap à la soul :
Découvrez le premier single de Faada Freddy, "We Sing in Time", en live sur le plateau de l'émission Les Enfants du Patrimoine.


Découvrez les concerts à venir de Faada Freddy avec Infoconcert :

Distribution

  • Date 17 février 2015
  • Durée 33min
  • Production Artibella
  • Réalisation Gautier & Leduc