Benjamin Clementine dans le Ring© Véronique Fel
Ce live n'est plus disponible en replay
Musiques du monde 03 mar 2015

Benjamin Clementine dans le Ring

« Je chante ce que je dis, je dis ce que je sens et je ressens ce que je joue avec honnêteté »
Benjamin Clementine

Le soulman n'est pas un produit de YouTube et des réseaux sociaux. Découvert dans le métro parisien, l'auteur-compositeur-interprète brille avec son timbre soul. À la marge des codes de l'industrie du disque, l'artiste dénote par sa liberté et la charge émotionnelle qui émane de ses compositions

Né à Londres en 1988 de parents ghannéens, Benjamin Sainte-Clementine s'installe à Paris à l'âge de 20 ans. Sur la ligne 2 du métro parisien, le jeune homme fait vibrer son timbre grave et soul, à faire frissonner les moins frileux, s'accompagnant au piano-jouet ou à la guitare, c'est selon. Sur le quai, des producteurs le repèrent et l'incitent, alors qu'il ne jouait essentiellement que des reprises, à interpréter ses propres textes. Après deux EPs, l'Anglais sort en janvier 2015 son premier album "At Least for Now", qui remporte un franc succès critique et public. 

Regardez la prestation de Benjamin Clémentine aux Victoires de la Musique 2015 (l'artiste a remporté la victoire "Révélation scène")

Benjamin Clementine interprète "Nemesis"

À la fois délicate et rude, sa voix sert des valses lyriques, des ballades dures et dramatiques. Comme si la force de Jaques Brel, mêlée à la mélancolie des textes de Léo Ferré épousait l'élégie des mélodies d'Érik Satie. Dans ses chansons, Benjamin Clementine fait état de ses déceptions amoureuses, ses origines, ses blessures familiales... « Songwriter bouleversant et showman d'exception » selon Les Inrocks, Benjamin Clementine est l'un de ces artistes qui parvient quoi qu'il arrive à magnétiser son public. À l'occasion de son concert en décembre 2013 aux très exigeantes Rencontres Transmusicales de Rennes, le chanteur au parcours d'autodidacte confiait à Culturebox (lire l'interview) ne pas avoir de professeur de chant et même « détester [sa] voix ».

Distribution

  • Date 03 mars 2015
  • Durée 30min
  • Production Artibella
  • Réalisation Gautier & Leduc
A lire aussi