Les fans français de Michael Jackson attaquent le Dr Murray en justice

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 06/01/2012 à 12H26
A Paris en juin 2010, les fans se recueillent à Notre-Dame

A Paris en juin 2010, les fans se recueillent à Notre-Dame

© P.Lissac/Gpdpng.Photonostop

Un tribunal français examinera le 11 avril une action contre le médecin de Michael Jackson, engagée au nom d'une centaine de fans qui veulent faire reconnaître leur "préjudice affectif" suite à son décès, a annoncé leur avocat à la presse.

Le juge des référés du tribunal de grande instance d'Orléans devrait examiner l'assignation délivrée contre le Dr Conrad Murray par Me Emmanuel Ludot au nom de ces fans réunis au sein de l'association "Michael Jackson community".

Reconnu coupable d'homicide involontaire, le praticien a écopé, le 29 novembre 2011 à Los Angeles, de 4 ans de prison. Au moment du procès, cette association avait déjà fait parler d'elle et de sa volonté de poursuivre le Dr Murray au nom du "préjudice affectif" que leur a causé la disparition du chanteur.

Initialement, l'avocat avait envisagé de saisir la justice américaine. "J'ai changé mon fusil d'épaule, craignant que nous soyions mal perçus par les juges américains, a-t-il expliqué. Et puis, stratégiquement, je préfère amener le Dr Murray sur mon propre terrain". Cette action en justice se veut essentiellement symbolique. "Sur la base d'une faute, le dédommagement peut atteindre 8 à 10.000 euros. Mais les fans ne souhaitent pas forcément obtenir de l'argent, précise l'avocat. Ils veulent surtout que le principe d'une réparation soit acquis et pourraient ne réclamer que l'euro symbolique".

"Michael Jackson avait attiré des fans dans une dimension hors du commun. On est ici dans le même cas de figure que lorsque vous perdez un ami d'enfance dans un accident de la circulation. Parce que cette disparition vous affecte, vous avez la possibilité de vous constituer partie civile et d'obtenir réparation", précise l'avocat.

La "Michael Jackson community" a vu le jour en 2010 à Montargis (Loiret). Sa présidente Myriam Walter militait à l'époque pour créer en France un point de recueillement commun pour les fans de l'ex-roi de la Pop.