Le marché de la musique enregistrée recule encore

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 23/05/2012 à 19H21
CDs et lecteur numérique

CDs et lecteur numérique

© Charlie Abad / Photononstop / AFP

Le marché de la musique enregistrée a enregistré un nouveau repli de 5% au premier trimestre 2012, mais les ventes numériques continuent de progresser fortement, selon les chiffres du Syndicat national de l’édition phonographie (Snep), publiés mercredi

Sur les trois premiers mois de l'année, le marché de gros de la musique enregistrée a représenté un total de 115,7 millions d'euros.

Les ventes physiques (CD et DVD) continuent de s'effondrer, avec une chute de 13%, à 83,1 millions d'euros, tandis que les revenus issus du numérique (téléchargement, streaming) progressent de 24% à 32,6 millions.

Ces derniers représentent désormais 28,2% du marché global de la musique enregistrée. La structure du marché numérique évolue peu. Le téléchargement  représente 53% du marché contre 51 au premier trimestre 2011, le streaming et les abonnements 39% (contre 35%) et les sonneries de téléphone, un marché en  fin de vie, 8% (contre 14%).

Le téléchargement se maintient, malgré Hadopi
"La mort du téléchargement qu'on nous avait annoncée (au profit de la consommation en streaming et par abonnement, ndlr) n'est pas du tout là. Donc Hadopi reste toujours d'actualité pour nous", a souligné le président du Snep Denis Ladegaillerie, qui souhaite le maintien de sanctions pour le téléchargement illégal.

Le nouveau gouvernement a promis une révision de la loi et annoncé une concertation sur l’avenir d’Hadopi, qui prévoit une amende et une coupure temporaire d’internet à l’issue d’une série d’avertissements.