Hugues Aufray candidat à la présidentielle malgré lui

Par @Culturebox
Mis à jour le 29/12/2016 à 19H49, publié le 29/12/2016 à 18H39
Hugues Aufray et Pierre Perret pendant le festival "La Forêt des livres" à Chanceaux-près-Loches (Aout 2015) 

Hugues Aufray et Pierre Perret pendant le festival "La Forêt des livres" à Chanceaux-près-Loches (Aout 2015) 

© GUILLAUME SOUVANT / AFP

D'après une information du journal Sud Ouest, une équipe d'une vingtaine de personnes distribue aux maires un "journal de campagne" du "candidat" Hugues Aufray, dans lequel il est décrit comme le représentant de "la France invisible". Le chanteur a pour sa part démenti toute "démarche personnelle". Malgré lui, il aurait pourtant déjà recueilli 180 signatures de maires.

Le chanteur de 87 ans a reconnu jeudi qu'un mystérieux petit groupe cherchait avec son accord à obtenir les parrainages d'élus nécessaires à sa candidature. Hugues Aufray affirme toutefois de son côtéiignorer l'identité d'un "responsable de sa campagne" cité par le quotidien, n'être pas au courant du nombre de signatures obtenues et ne pas être en possession de ce "journal de campagne".
 
"Il n'y a aucune démarche de ma part. Je ne souhaite pas être président de la République, je n'ai même pas envie d'être candidat mais il y a des gens qui ont envie pour moi", déclare le chanteur. Il affirme avoir été contacté avant l'été par "le Cercle des gens de peu", un petit groupe de personnes dont il dit ne connaître que les prénoms, qui selon lui défendent des idées "monarchistes de gauche", qu'il dit avoir rencontrées à deux reprises, sans donner plus de détails.

"Ni de gauche, ni de droite"

"Les membres du groupe m'ont dit a France est en difficulté (...) à travers vos chansons, vous faites passer des messages discrets mais qui touchent beaucoup, vous êtes extrêmement populaire (...) vous êtes écologiste de la première heure, vous représentez des valeurs qui sont les nôtres", énumère le chanteur, actuellement en tournée, et qui se dit "ni de gauche ni de droite".

"Je leur ai dit, je n'ai pas l'intention d'être candidat mais je ne peux pas vous empêcher de vous amuser à faire un rêve utopique", poursuit l'interprète de "Santiano", précisant que ce groupe utilisait des extraits de chansons et de textes qu'il avait écrits "il y a quelques années". 
"Ils m'ont dit laissez-nous faire, quand vous aurez les 500 signatures vous prendrez une décision", raconte-t-il, disant ne pas savoir ce qu'il ferait s'il obtenait les parrainages: "C'est complètement utopique!" Sinon à qui irait son soutien? "Mélenchon, ou Fillon peut-être". "Je n'envisage pas d'arriver jusqu'à la candidature, néanmoins j'en profite pour dire ce que j'ai à dire", indique encore celui qui promeut pêle-mêle "l'éthanol fabriqué à base de topinambour", le port de l'uniforme à l'école, le don du sang obligatoire, et "la justice plus que l'égalité".

 "Ce n'est pas un canular, mais ce sont des gens qui ont fait ça pour moi. Ils voudraient avoir à la tête de l'état, un personnage qui ne soit pas un politicien". "Je ne peux pas être candidat. Mais si j'avais 20 ans de moins, peut-être que j'aurais dit oui. Pourquoi pas", a-t-il ajouté jeudi soir au micro de RTL.