La Philharmonie de Paris : comment ça marche ?

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/01/2015 à 18H32
Grande Salle de la Philharmonie : première répétition orchestre le 12 janvier 2015

Grande Salle de la Philharmonie : première répétition orchestre le 12 janvier 2015

© Beaucardet

Fini le temps des salles de concerts et de répétitions isolées, éparpillées entre le centre-ouest et l'est de la capitale ? Le projet de la Philharmonie rassemble en tous les cas quatre lieux de concerts et de nombreux espaces de répétition ainsi que des orchestres, dans un vaste espace musical ouvert aux autres arts et aux espaces de vie. Comment tout cela s'articule ?

Paris a enfin "sa" Philharmonie, à l'instar de Berlin, Rome, Los Angeles ou Sydney, aboutissement d'un rêve de 40 ans du compositeur Pierre Boulez et fruit de huit ans de travaux.

Un espace de concerts

Point fort de la Philharmonie, un ensemble de salles de concert, dont la nouvelle, dite la "Grande salle" ou Philharmonie 1, conçue par Jean Nouvel : d'une jauge de 2.400 places, elle a été conçue avec les plus grands acousticiens, le Néo-Zélandais Harold Marshall et le Japonais Yasuhisa Toyota. Un dispositif audacieux de balcons flottants suspendus autour de la scène met le spectateur à moins de 32 mètres du chef  d'orchestre, contre 47 mètres pour la salle Pleyel.
La Grande Salle, le 12 janvier 2015 lors des répétitions. 

La Grande Salle, le 12 janvier 2015 lors des répétitions. 

© Beaucardet
L'ancienne "Cité de la musique" devient la "Salle des concerts" ou Philharmonie 2, conçue par Christian de Portzamparc, et peut contenir de 650 à 1400 places selon les besoins. Enfin l'ensemble comprend aussi six salles de répétition, une opportunité que n'offrait pas Salle Pleyel.

Un "Centre Pompidou de la musique"

La Philharmonie veut être le "Centre Pompidou de la musique", selon les mots de celui qui l'a imaginée dès les années 70, le compositeur Pierre Boulez. Donc plus qu'un centre culturel, un espace de vie. Il y a d'abord l'espace du concert, avec les deux grandes salles et tous les espaces de répétition. Musique classique mais pas seulement : dans les 6 prochains mois, sur 270 concerts 70 sont dédiés au jazz, au rock et aux  musiques du monde. L'équipement de la Philharmonie comprend aussi d'autres espaces grand public : les espaces d'éveil et ateliers pédagogiques, un espace d'expositions (qui ouvrira avec une grande exposition David Bowie en mars, et en parallèle, une rétrospective Pierre Boulez), des restaurants (dont un panoramique) et des cafés et une "promenade" sur le toit qui domine de 37 mètres le périphérique : l'accès est gratuit et offre une vue imprenable, à 360° sur les environs.

Un ensemble d'orchestres

L'Orchestre de Paris se félicite d'aménager enfin dans "un lieu unique, une  grande maison des artistes", dit son directeur Paul Hamard. Avec Paavo järvi comme directeur musical, c'est un orchestre de 120 instrumentistes et un chœur de 130 chanteurs qui se produit avec les plus grands chefs et les plus grands solistes.

Autre orchestre résident, l'Ensemble intercontemporain, créé par Pierre Boulez en 1976. Aujourd'hui dirigé par le compositeur et chef d'orchestre Thomas Pintcher, il poursuit l'exploration de la musique contemporaine et notamment, en collaboration avec l'IRCAM, inclut dans ses projet les nouvelles technologies de production sonore.

La Philharmonie accueille également trois formations "associées" : l'Orchestre de chambre de Paris (capable de se fondre dans de nombreux répertoires),  l'Orchestre national d'Ile-de-France (au service des grandes œuvres symphoniques) et Les Arts Florissants, l'ensemble créé et dirigé par William Christie, entièrement dévoué à la musique baroque sur instruments d'époque. Chaque ensemble intervient aussi dans des programmes éducatifs en faveur de nouveaux publics.
Espace éducatif.

Espace éducatif.

© Pomme-Célarié
Un pôle pédagogique

Un espace consacré aux activités pédagogiques de 1800 m2 encourage la pratique amateur par les ateliers destinés autant aux adultes qu'aux enfants et aux familles, mais aussi des concerts éducatifs, des rencontres…