L'avocat de Johnny Hallyday dément tout redressement fiscal

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 02/05/2012 à 14H53
Johnny Hallyday à Santa Monica (février 2012)

Johnny Hallyday à Santa Monica (février 2012)

© G.D.C./SIPA

Johnny Hallyday ne fait pas l’objet d’un examen de sa situation fiscale personnelle, selon l’avocat du chanteur. Il dément les informations du Canard Enchaîné selon lesquelles un redressement de 9 millions d’euros lui avait été notifié

"Contrairement aux rumeurs fallacieuses véhiculées par la presse, Johnny  Hallyday ne fait pas l'objet d'un examen de sa situation fiscale personnelle  (ESFP) ni en France ni à l'étranger", indique Me Ardavan Amir-Aslani dans un communiqué.

"Le contrôle dont sont susceptibles de faire l'objet certaines des sociétés détenues, directement ou indirectement, par ce dernier, sont des contrôles de routine à l'instar de milliers d'autres effectués par l'administration fiscale chaque année", ajoute-t-il.

Le Canard Enchaîné du 25 avril affirmait qu’un redressement fiscal de 9 millions d'euros avait  été notifié à Johnny Hallyday au terme d'une enquête de la brigade nationale des enquêtes fiscales. Une source proche du dossier avait confirmé à l’AFP la notification, « fin 2011 », sans en préciser le montant. Le ministère du Budget s’est refusé à tout commentaire, invoquant le secret fiscal.

Interrogé sur un éventuel redressement fiscal, le 25 avril sur RTL, Johnny avait affirmé ne pas être au courant.

Pas de problème avec la Suisse, selon l'avocat de Johnny
L'avocat du chanteur affirme par ailleurs que ce dernier "demeure attaché à sa résidence en Suisse et n'a fait, et ce à aucun moment, l'objet d'une demande de changement de résidence fiscale par les autorités helvétiques".

Il s'est installé en 2007 en Suisse et relève du fisc helvétique pour ses revenus personnels, mais ses activités artistiques et commerciales en France relèvent toujours de l'administration française.

Certains médias se demandent s’il ne serait pas indésirable en Suisse. Le Point souligne qu’il « ne doit pas seulement résider six mois et un jour dans la Confédération, mais aussi y transférer ses centres d'intérêt, familiaux comme économiques ». Or le déménagement de ses affaires traîne quelque peu en longueur.

Le rockeur de 68 ans doit entamer le 14 mai à Montpellier une tournée d'une quarantaine de dates avec en point d'orgue le Stade de France, où il fêtera son  anniversaire les 15, 16 et 17 juin.