William Z.Villain, l'OVNI musical venu du Wisconsin

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 08/02/2017 à 20H35, publié le 08/02/2017 à 15H50
William Z.Villain sur la pochette de son album éponyme

William Z.Villain sur la pochette de son album éponyme

© Mary Stephan

William Z.Villain nous vient du Wisconsin avec sur l'épaule une guitare blanche trafiquée 8 cordes. Il nous délivre un album à l'univers vraiment particulier qui vaut le détour. "William Z.Villain", porteur du déjà fameux "Anybody Gonna Move", sort sous le label made in Calvados, Normandeep Blues Record, qui nous a déjà fait découvrir le Suédois Bror Gunnar Jansson.

Il y a d'abord cette pochette d'album sur fond noir. Benjamin Cameron, alias William Z.Villain, porte costume et cravate. Sous son bras droit, comme protégée, une guitare blanche National Resonator ; sur ses genoux, un chat. Une manière de dire "bienvenue dans mon univers" !

Et l'on se rend compte très vite que cette magnifique guitare achetée il y a 5 ans et augmentée de 2 cordes va nous servir de guide dans cet album étonnant. En la voyant, on revoit la magnifique Resonator sur la pochette du cultissime "Brothers In Arms" de Dire Straits.
Pochette de William Z.Villain

© Mary Stephan

C'est d'ailleurs avec son seul son et sa voix que William Z.Villain ouvre son opus comme pour montrer l'étendue des possibilités musicales de ce bel instrument modifié et de son organe vocal capable de changer d'octave avec une grande aisance.

Puis, "Spike My Brain" (littéralement "Trafique mon cerveau") nous ouvre la porte de son univers très étrange qui mêle le blues aux rythmes afro-cubains et au "rebetiko", cette musique populaire grecque née dans les années 20 !!!

Les fidèles de France Inter sont habitués depuis longtemps à cette perle qu'est "Anybody Gonna Move" et ses criquets qui habitent plusieurs titres de l'album ""Break" ou "Home" 

Une ambiance ballade que l'on retrouve dans "No Friend Of Mine", "Her Song", entrecoupée des destructurés déjantés "Tippy Tippy Top" et "Clave".

On adore aussi le basculement en mode chaloupé cubain de "EF-TA", sous titré "Aunt Becky Smiles When She Talks About The Apocalypse)", où l'artiste nous montre que sa guitare Resonator s'adapte décidément à tous les styles.

William Z.Villain, un artiste vraiment singulier à découvrir de toute urgence en ce mois de février puisqu'il est en concert ce mercredi soir à La Lune des Pirates à Amiens puis :
à L'Autre Canal à Nancy le 9 
au Brise Glace d'Annecy le 10 
au Consortium de Dijon le 11 
et à La Maroquinerie à Paris le 12.

Tout cela dans le cadre du festival "Les Nuits de l'Alligator" qui essaime des concerts dans 14 villes de l'hexagone.
A l'affiche, 12 artistes : Karl Blau, William Z. Villain, Bror Gunnar Jansson, Boss Hog, The Sore Losers, King Biscuit, Seratones, Luke Winslow King, Guadalupe Plata, Fantastic Negrito, Theo Lawrence & The Hearts, Flo Morrissey & Matthew E. White.

 

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !