Toots Thielemans, roi de l'harmonica, met fin à sa carrière

Par @Culturebox
Mis à jour le 22/08/2016 à 15H04, publié le 12/03/2014 à 15H18
Toots Thielemans le 20 avril 2012 à Antwerp, en Belgique

Toots Thielemans le 20 avril 2012 à Antwerp, en Belgique

© Jesse Willems / Benelux / MaxPPP

Le musicien belge Toots Thielemans, 91 ans, considéré comme le roi mondial de l'harmonica, a annoncé mercredi qu'il mettait un terme à une carrière de plus de 70 ans saluée par les plus grands représentants du jazz. Il ne se sent "plus suffisamment en forme pour assurer un concert complet", a précisé son agent.

"Afin de ne pas décevoir son public, il a décidé d'annuler tous ses concerts", dont des représentations prévues à Anvers jeudi et vendredi, ainsi que plus tard dans le mois et en mai dans la même ville, a indiqué dans un communiqué son imprésario, Veerle Van de Poel.

Toots Thielemans a donné ses lettres de noblesse à l'harmonica chromatique, petit instrument de 15 cm de long.

Jean-Baptiste "Toots" Thielemans est né le 29 avril 1922 à Bruxelles. Après avoir commencé à étudier l'accordéon diatonique, il découvre en 1938 l'harmonica par le biais des films mettant en scène Ray Ventura et son orchestre. Il commence à en jouer pour le plaisir, avant de se prendre de passion pour le jazz pendant la Seconde Guerre mondiale. Il joue alors dans des clubs où on l'invite à se mettre alors à un "vrai" instrument... Il étudie la guitare en écoutant les disques de Django Reinhardt.

Après la guerre, il se met à jouer dans de petites formations et adopte le surnom "Toots", jugé plus "swingant" par ses pairs. Il voyage aux Etats-Unis en 1947, puis en 1950 où sa carrière prend son envol. Il accompagne le clarinettiste Benny Goodman en tournée en Europe. Il s'installe aux Etats-Unis en 1952. Dès lors, il joue avec les plus grands noms du jazz : Ella Fitzgerald, Charlie Parker, Bill Evans, Quincy Jones, Jaco Pastorius, Oscar Peterson, Pat Metheny, Frank Sinatra, Ray Charles, mais aussi, côté pop et rock, Billy Joel ou Nick Cave...
Toots Thielemans et Quincy Jones, sur scène à Montreux, jouent "Eyes of love" (vidéo non datée)
Parmi ses compositions les plus connues, figurent "Scotch on the Rocks" (1955), et surtout "Bluesette" (1962), où il est autant "siffleur" que guitariste.
Toots Thielemans : Bluesette" (1962)
Toot Thielemans jouera aussi avec des géants de la musique brésilienne comme les chanteurs Gilberto Gil ou Elis Regina.
Toots Thielemans (harmonica) et Elis Regina (chant) interprètent "O Barquinho" (Menescal / Bôscoli) sur l'album "Aquarela do Brasil", qu'ils ont enregistré ensemble en 1969, et dans lequel le jazzman belge joue de l'harmonica et de la guitare.
C'est d'ailleurs un autre grand musicien brésilien, le guitariste Oscar Castro-Neves, disparu le 27 septembre 2013, qui lui avait rendu un bel hommage en 2012 lors d'un concert au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles à l'occasion de son 90e anniversaire : "Il a élevé l'harmonica au pinacle artistique et il est devenu un maître dans le choix des notes idéales."

Quincy Jones lui a aussi rendu hommage à l'occasion de cet anniversaire : "Je peux affirmer sans hésitation que Toots est un des plus grands musiciens de notre temps. Il joue avec son coeur et vous fait pleurer. On a travaillé ensemble tant de fois que je ne peux les compter et j'ai toujours voulu en faire davantage avec lui", a-t-il alors déclaré, cité par le journal belge "Le Soir".

Toots Thielemans a également travaillé pour le cinéma. Il a notamment joué à l'harmonica les thèmes des films "Midnight Cowboy", de John Schlesinger (1969), et "Jean de Florette", de Claude Berri (1986).
Toots Thielemans joue le thème du film "Midnight Cowboy" (concert non daté)
En 2009, Toots Thielemans a reçu un "Jazz Master Award" aux Etats-Unis, une récompense rare pour un Européen. En 2012, en France, l'Académie Charles Cros lui a remis un prix in honorem pour l'ensemble de sa carrière.

Enfin, le roi de l'harmonica est aussi officiellement "baron", ayant reçu ce titre du souverain belge Albert II en 2001.
Toots Thielemans joue le thème de "Jean de Florette"


"Un repos bien mérité"
"M. Thielemans souhaite désormais bénéficier d'un repos qu'il a bien mérité. Il peut se retourner sur une belle et très réussie carrière internationale", a déclaré mercredi son impresario, assurant qu'il ne reviendrait ni sur scène, ni en studio. L'harmoniciste espère qu'on gardera de lui "l'image d'un 'ket' (petit gars) de Bruxelles devenu citoyen du monde".