Thomas de Pourquery explore l'univers de Sun Ra

Par @annieyanbekian Journaliste, responsable de la rubrique Jazz-Musiques du Monde de Culturebox
Mis à jour le 27/03/2014 à 16H03, publié le 28/02/2014 à 17H12
Thomas de Pourquery

Thomas de Pourquery

© Sylvain Gripoix

Pour son premier album en tant que leader, le saxophoniste et chanteur Thomas de Pourquery rend un hommage volcanique au pianiste et compositeur de jazz américain Sun Ra (1914-1993), avec un groupe formé spécialement pour ce projet, Supersonic. Nous l'avons rencontré.

Pilier de la scène jazz française, Thomas de Pourquery, 36 ans, souhaitait depuis longtemps explorer l'art de Sun Ra, illustre musicien américain dont le répertoire foisonnant et tentaculaire a dépassé allègrement les frontières du jazz - et de la stratosphère.

Dans ce recueil musical de onze titres, sept sont des arrangements de morceaux de Sun Ra. Thomas de Pourquery y a glissé deux compositions ("Three Months", "Disco 20100"), cosigné l'improvisation "N’Other Blue Man" -anagramme de Herman Poole Blount, le vrai nom de Sun Ra- avec trois membres de Supersonic et repris un titre du saxophoniste Roland Kirk (1935-1977), "Eulipions".
Thomas de Pourquery et Supersonic interprètent "Disco 2100" (Pourquery) au festival Banlieues Bleues (26 mai 2011)
Du jazz vocal et instrumental
Éclectique dans son répertoire comme l'était Sun Ra, Thomas de Pourquery glisse des morceaux chantés au milieu d'un jazz instrumental percutant, souvent rock, parfois blues, enrichi de chœurs. Sa voix fait merveille dans le splendide "Love in Outer Space", le chaleureux "Enlightenment" (où l'on entend la chanteuse Jeanne Added en invitée dans les chœurs) et le solennel "Eulipions", un titre de Roland Kirk qui parle de soleil, d'amour et d'espace, lui donnant une place légitime dans l'album.

Pour ce projet qui a failli ne jamais voir le jour (voir l'interview ci-dessous), Thomas de Pourquery a tenu à s'entourer de musiciens d'horizons différents : Laurent Bardainne (saxophone), un de ses "plus vieux frères de musique" qui officie dans le groupe électro rock Poni Hoax, tout comme Arnaud Roulin (claviers), "shaman des sons" ; Fabrice Martinez (trompette), "soliste ultime qui vient de la musique contemporaine" ; Edward Perraud (percussions) et Frédérick Galiay (basse), ces deux derniers formant le duo drum & bass BIG. Autant d'artistes auxquels Pourquery voue une admiration sans bornes.

Les morceaux ont été enregistrés en une prise, dans les conditions du live, dans le huis clos d'une maison louée en Seine-et-Marne. Le résultat est simplement intense et saisissant. La rencontre
Nous avions fait connaissance avec Thomas de Pourquery en septembre 2012, à l'occasion du Brain Festival (pour la lutte contre les maladies neurodégénératives) dont il est le fondateur. Lundi 20 janvier, pour le second entretien avec cet artiste d'une générosité désarmante, place à la musique.
 
- Culturebox : Vous avez été victime d'un cambriolage qui a failli être fatal au projet Sun Ra. Pouvez-vous nous raconter ce qui vous est arrivé ?
- Thomas de Pourquery : C’est arrivé il y a deux ans, un lundi matin, chez moi à Montreuil (Seine-Saint-Denis, ndlr). Je me suis retrouvé nez à nez avec un cambrioleur qui a embarqué mon ordinateur et le disque dur qui contenait les sauvegardes que je venais de faire. Plus de deux ans de boulot. C’est arrivé deux semaines avant les premières répétitions de ce projet.

- Que ressent-on après une telle perte ?
- Au départ, une énorme colère. J’étais fou de rage pendant deux jours. Après, un profond désespoir. On se dit qu’on va tout abandonner. Cinq jours plus tard, au début du week-end suivant, j’ai décidé de réécouter Sun Ra, juste comme ça. Je me suis dit : "Après ce que j’ai vécu avec cette musique, si je ne dois pas faire ce projet, au moins qu’on se dise adieu en rentrant dans cette musique une dernière fois…"

- Et ce week-end d’adieu a finalement abouti à un nouveau projet Sun Ra !
- Exactement. Je suis resté deux jours à écouter cette musique, une vraie nuit blanche, mystique. J’étais complètement dans la musique, je découvrais des nouveaux morceaux, de nouvelles choses. Sur des morceaux que je réécoutais, j’entendais d’autres choses, j’étais dans une vraie transe. À la fin de ce week-end, j’avais noté sur un bout de papier - sans faire gaffe, car je n’avais pas eu l’intention de prendre des notes - des titres de morceaux.

Y avait-il des morceaux communs au projet disparu dans le vol d’ordinateur ?
- Oui, deux. "Love in outer space", ainsi que "Shadow World", le premier titre de l’album.
Thomas de Pourquery et Supersonic : "Enlightenment" (Sun Ra).


- Quelle a été votre approche, votre travail, autour de la musique de Sun Ra ?
- Je tiens à souligner que ce n’est pas un hommage à Sun Ra, que j’aime profondément. Je n’ai pas eu l’intention de le revisiter. Parce que dans le mot "revisiter", il y a "re" ! Il s’agit plutôt de "visiter" ! C'est comme jouer des standards. Tous les musiciens de jazz en jouent. Pour moi, il s’agit de vrais standards. J’insiste sur ce point car j’ai toujours été étonné de ne pas voir jouer de morceaux de Sun Ra comme on peut jouer du Gershwin, du Miles Davis ou du Duke Ellington. Le Real Book, fameuse Bible des standards de jazz, ne contient aucun titre de Sun Ra !

- Comment peut-on l’expliquer ?
- Je ne sais pas. Peut-être à cause de cette image qui le poursuit. Il a touché à tellement de choses que pour les gens, les petites perles de génie d’écriture comme "Love in outer space" sont noyées au milieu de 12.000 morceaux de free jazz… Alors qu'en vérité, il a fait des albums, des recueils de compositions incroyables. Mais toujours, stylistiquement, assez différents. Chez Sun Ra, même au sein d’un album, ou pendant ses concerts, paraît-il - puisque je n’y ai jamais assisté - on pouvait passer du super free à la pop, en passant par la musique africaine, le jazz à la Duke Ellington dont Sun Ra était un grand fan.
 

Thomas de Pourquery fait une impro vocale et spatiale à Aurillac en 2013, avec notamment Daniel Zimmermann au trombone.
- Comment ressentez-vous la musique de Sun Ra ?
- Pour moi, sa musique, c’est quelque chose d’extraordinaire. C’est de l’énergie pure. Et quand on la joue, on ressent cette énergie pour de vrai. On est au-delà du fait de jouer un morceau… Il ne s’agit pourtant pas de morceaux très simples. Dans "Shadow World", par exemple, le thème est très virtuose. C’est là où c’est très étonnant : la virtuosité, le son, tout s’efface, absorbé par l’énergie. Pour certains, ce serait mystique. Moi, je parle d'une espèce de jet d’énergie, même s’il diffère selon les morceaux. Les titres qu’on joue sur l’album sont des transes, des morceaux répétitifs.
 
- C’est ce que vous expliquez dans le magazine Jazz Magazine/Jazzman de février : cet effet ritournelle, commun aux morceaux choisis, constitue le fil conducteur du disque.
- Complètement. Je pense que c’est quelque chose qui peut représenter la musique de Sun Ra. Cette notion de transe, de musique répétitive, assez étonnamment d’ailleurs puisqu’il a cette image du mec qui faisait du "free imbitable" ! Alors qu’il a vraiment touché à tous les styles. Il a inspiré Joy Division. Le batteur, qui était un fou de Sun Ra, a piqué le pattern rythmique de "The Perfect Man". Ce pattern préfigure la new wave. Pour revenir à sa musique, c'est vraiment quelque chose qui fait du bien. C’est étonnant. Sun Ra disait qu’il était né sur Vénus, mais pour moi c’est le plus terrien, le plus humain des compositeurs.

- Mais Vénus, ça signifie donc "amour"…
- Bah oui, il ne parle que de ça dans ses paroles de chansons, d'amour, d'énergie, des choses les plus belles et simples du monde. C’est pourquoi je suis très étonné de voir qu’on ait une image de Sun Ra un peu sectaire, ou farfelue, d’un mec qui vivait en communauté avec ses musiciens. Il vivait simplement en communauté par moments pour faire de la musique ! Comme Frank Zappa, Duke Ellington, énormément de musiciens ! Cela peut aussi m’arriver, c’est tout à fait normal. Quand on écoute "Love in Outer Space", c’est un médicament ! Sun Ra, c’est sans doute un enfant de Vénus pour de vrai. J’y crois !

(Propos recueillis par A.Y.)
Thomas de Pourquery et Supersonic en concert
Samedi 15 mars au Théâtre de Vanves (avec la projection du film "Il est des nôtres" de Jean-Christophe Meurisse, dans lequel joue le saxophoniste)
Mardi 6 mai à Marseille, au Théâtre du Gymnase
Mercredi 28 mai à Coutances, pour Jazz sous les Pommiers
Mardi 3 juin à Paris, au New Morning
Vendredi 20 juin à l'Orléans Jazz Festival
Du 23 au 26 juin au Cap d'Aulnay-sous-Bois...
 
> Toutes les dates de Thomas de Pourquery avec Supersonic et ses autres groupes et projets (Viking, DPZ...) ici