Thomas Leleu, le prodige du tuba, voyage entre funk, motown et pop avec "The Tuba's Trip"

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/04/2017 à 15H57, publié le 25/04/2017 à 15H55
Le tubiste Thomas Leleu se prête à un genre jusqu'alors inédit et propose un spectacle hors des codes, "The Tuba's Trip", à l'Opéra Odéon de Marseille le 27 avril.

Le tubiste Thomas Leleu se prête à un genre jusqu'alors inédit et propose un spectacle hors des codes, "The Tuba's Trip", à l'Opéra Odéon de Marseille le 27 avril.

© France 3 / Culturebox

L’Opéra Odéon de Marseille accueillera le 27 avril la création du nouveau spectacle de Thomas Leleu, "The Tuba’s Trip", à la croisée de la funk, de la pop ou même du rock. Le tubiste accompagné de son groupe propose des versions inédites des tubes qui ont marqué notre vie.

Considéré par ses pairs comme le prodige du tuba, Thomas Leleu est, à seulement 29 ans, le tubiste le plus connu de la musique classique. Issu d’une famille de musicien, c’est son père, également tubiste, qui l’incite à se mettre à la musique. Comme il aime le dire, c’est par "tradition familiale" que Thomas Leleu s’est engagé avec brio dans les voies du Conservatoire et d’autres formations prestigieuses.

Reportage : France 3 Provence-Alpes - C. Pesci / G. Carra / A. Despretz
Conservatoire et classe de musique de chambre le conduisent à de nombreux concours qu’il réussit brillamment. C’est en 2012 qu’il remporte les Victoires de la Musique Classique dans la catégorie "Révélation soliste instrumental de l’année", devenant ainsi le premier tubiste à se distinguer en solo dans l’histoire des Victoires.
Thomas Leleu répète son nouveau spectacle "The Tuba's Trip" qui sera joué le 27 avril à l'Opéra Odéon de Marseille

Thomas Leleu répète son nouveau spectacle "The Tuba's Trip" qui sera joué le 27 avril à l'Opéra Odéon de Marseille

© France 3 / Culturebox
S’il est reconnu internationalement comme le meilleur tubiste, c’est aussi parce qu’il surprend, et se trouve là où on ne l’attend pas. Frustré de voir que le tuba est considéré comme un instrument de second plan, il travaille avec des arrangeurs pour permettre à son instrument de prédilection de prendre le devant de la scène. Il reprend ainsi des opéras cultes, comme "Carmen", qui originellement ne contient pas de tuba, et en joue les parties principales.

Un soliste qui veut suivre sa propre voie

Mais passionné de musique, Thomas Leleu refuse de s’enfermer dans des cloisons trop classiques. Soucieux de voir le rayonnement de son instrument se propager, il décide d’élargir le champ des possibles en s’inspirant de toutes ses influences : jazz, funk, pop, électro ou encore variété française… Autant de styles différents qui, ajoutés à son désir de scène, l’ont incité à monter son nouveau spectacle "The Tuba’s Trip". "C’est un rêve d’enfant, vraiment. Moi j’ai voulu faire de la musique pour être sur scène, pour faire du spectacle. Et étant né dans une famille de musiciens classiques, j’ai obéi à la tradition familiale et je me suis tourné vers le classique, mais au fond de moi il y avait toujours ce désir de faire des musiques du monde, de faire de la scène, du spectacle", raconte-t-il en pleine répétition.

A la croisée des genres

"The Tuba’s Trip" est un spectacle qui veut s’affranchir des codes classiques du tuba. Le cuivre est l’élément principal du groupe, le personnage central de la nouvelle histoire de Thomas Leleu. Entre jazz, motown et pop, le soliste tubiste se prête non seulement à la composition, mais aussi au chant et à la danse. Le tubiste se laisse embarquer par ses désirs de Broadway et emmène avec lui les spectateurs pour son voyage à la découverte des musiques du monde.