Sari Schorr : une force de la nature sur la comète Blues

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 23/09/2016 à 10H54, publié le 23/09/2016 à 08H30
Sari Schorr sur la pochette de "A Force Of Nature"

Sari Schorr sur la pochette de "A Force Of Nature"

© Rod Blackham

C'est une de ces nouvelles voix que le Blues voit fleurir depuis quelques temps. Sari Schorr sort son 1er album "A Force of Nature". Un opus bien nommé tant l'Américaine fait preuve d'une puissance vocale entre Janis et Tina, bien soutenue par son groupe The Engine Room. Sortie ce vendredi 23 septembre.

Février 2015. Sari Schorr est sur la scène du légendaire festival "Keeping The Blues Alive". C'est une habituée de la scène mais plutôt en retrait puisqu'elle a longtemps été la choriste de Joe Louis Walker et de Poppa Chubby.

Dans le public : une certain Mike Vernon... oui celui-là même qui a produit Bowie, Clapton, Mayall et Ten Years After entre autres. Notre homme est littéralement bluffé par la voix de la brune new-yorkaise aux yeux verts. Il décide sur le champ de produire son premier album ! 

Tina, Janis...Sari

Et dès le premier titre de "A Force of Nature" on comprend pourquoi. "Ain't Got No Money" s'ouvre déjà sur un solo de guitare aérien d'Innes Sbun (entendu aux côtés d'un certain Robert Plant). Puis la voix de Sari Schorr se pose d'abord en retenue. La ressemblance avec Tina Turner est étonnante.

Dès que Sari pousse plus loin sa voix portée, par une rythmique d'enfer comme dans "Aunt Hazel", c'est une autre icône qui nous vient aux oreilles. la grande Janis elle-même. Le ton est donné.

"Black Betty" revisité

Mais Sari Schorr a, bien entendu sa propre personalité vocale. Il suffit d'entendre sa version très personnelle de "Black Betty". El là, on est assez loin du tube planétaire de Ram Jam mais proche de la version originale de Lead Belly.

Sari Schorr redonne à ce chant de travailleurs afro-américains du début du 20e siècle son âme d'origine, son côté âpre et incantatoire.


La voix de la belle new-yorkaise et les guitares d'Innes Sibun, Walter Trout ou Oli Brown sont un régal de complicité tout au long de l'album, à l'image de "Work No More" ou de "Kiss Me".

50 ans après sa création, on apprécie aussi la version blues du tube des Supremes estampillé Motown : "Stop! In the name of love"
 


L'album se referme sur une ballade, "Ordinary Life", dans laquelle Sari Schorr pose sa voix chaude sur un piano jazzy : "Thank's Lord for this ordinary life".

"A Force of Nature" est assurément la rampe de lancement d'une carrière qui n'aura certaienement rien d'ordinaire.
 

Pochette de "A Force Of Nature" Sari Schorr © Rod Blackham / Dan England


Sari Schorr sera au BAR Festival de Lyon le 30 septembre, et au Festival de Blues des 2 Rivières à Belle-Île-en-Terre le 7 octobre.