Rencontre avec Bobby Mc Ferrin, la voix d'or du Printemps de Pérouges

Par @Culturebox
Mis à jour le 09/07/2014 à 12H16, publié le 11/05/2011 à 14H37
Rencontre avec Bobby Mc Ferrin, la voix d'or du Printemps de Pérouges

Rencontre avec Bobby Mc Ferrin, la voix d'or du Printemps de Pérouges

© Culturebox

Parmi les invités du 15ème Printemps de Pérouges (21 mars-24 juin 2001), l'incroyable chanteur et vocaliste Bobby Mc Ferrin. Trop souvent réduit à la chanson à "Don't worry, be happy", la chanson qui le fit connaître du grand public en 1988, son talent s'exprimera pleinement le 11 mai à l'Amphi 3000 à Lyon.

Si Bobby Mc Ferrin possède un bel organe, il le doit en partie à ses géniteurs. Sa mère, Sara cooper, était chanteuse et son père baryton à l'opéra. Il fut d'ailleurs le premier afro-américain à chanter au Metropolitan Opera de New-York. La carrière du fiston débutera vraiment en 1980 quand le comédien Bill Cosby lui permet de faire une prestation au Playboy Jazz Festival. Le public français ne le découvrit qu'en 1988 avec "Don't worry, be happy" et pourtant, depuis ses débuts, Bobby Mc Ferrin a montré qu'il était capable de tout, absolument tout. De reprendre des morceaux des Beatles, des cantates de Bach, d'improviser totalement sur scène lors de concerts, de chanter deux voix simultanément, de "jouer" avec Chick Corea, Herbie Hancock, Manhattan Transfer ou avec le violoncelliste Yo-Yo Ma. Il utilise toutes les capacités de sa voix et de son micro. En 2010, il  a initié un projet très ambitieux baptisé "VOCAbuLarieS". Plusieurs années de travail ont été nécessaires pour mettre au point 7 chansons qui mêlaient 15 langues différentes sur des univers musicaux allant du classique au gospel en passant par la soul. Le but était d'utiliser le chant et la mélodie comme des vocabulaires à part entière. On ne s'étonnera pas alors d'apprendre que Bobby Mc Ferrin ait reçu 10 Grammy awards au cours de sa carrière. On s'étonne, et on regrette aussi que la radio ne nous offre pas d'autres titres de cet artiste inclassable.

A voir aussi sur Culturebox :
- Herbie Hancock, le monde en chansons avec "The Imagine Project"
- Rencontre avec Clyde Wright et le "Golden Gate Quartet"
- Beasty, un frenchie dans le monde du Beat Box