Pourquery, Peirani et Parisien triomphent aux Victoires du Jazz 2014

Par @annieyanbekian Journaliste, responsable de la rubrique Jazz-Musiques du Monde de Culturebox
Mis à jour le 14/06/2014 à 23H44, publié le 14/06/2014 à 10H12
La joie de Thomas de Pourquery, Vincent Peirani et Émile Parisien, joyeux drilles et vrais amis, après la cérémonie des Victoires du Jazz, le 13 juin 2014 à Vincennes

La joie de Thomas de Pourquery, Vincent Peirani et Émile Parisien, joyeux drilles et vrais amis, après la cérémonie des Victoires du Jazz, le 13 juin 2014 à Vincennes

© Annie Yanbékian

P comme Parisien, "artiste de l'année", Peirani, "révélation de l'année" et Pourquery, "album de l'année". Les Victoires du jazz 2014 ont rendu leur verdict vendredi soir au Parc floral de Vincennes.

Trois trentenaires ont tout raflé vendredi soir aux Victoires du Jazz (replay à voir ici). Le saxophoniste soprano Émile Parisien, son ami et "grand-frère" accordéoniste Vincent Peirani, couronnés tant pour leurs projets solo et leur contribution à la promotion de leur instrument, que pour le splendide disque qui les a réunis cette année, l'album "Belle Époque", et enfin le saxophoniste et chanteur Thomas de Pourquery, récompensé avec son groupe survolté Supersonic pour cet album joyeux et énergique consacré à Sun Ra.
Thomas de Pourquery tient son trophée, entouré d'Elsa Boublil, du batteur Edward Perraud, du trompettiste Fabrice Martinez et de Sébastien Folin.

Thomas de Pourquery tient son trophée, entouré d'Elsa Boublil, du batteur Edward Perraud, du trompettiste Fabrice Martinez et de Sébastien Folin.

© Annie Yanbékian
Les lauréats sont aussi, très probablement, distingués pour une popularité qui dépasse désormais les frontières du jazz, pour leur humour, leur personnalité chaleureuse et attachante, leur présence incroyable sur scène.
Émile Parisien et Vincent aux Victoires du jazz (13 juin 2014)

Émile Parisien et Vincent aux Victoires du jazz (13 juin 2014)

© Annie Yanbékian
Un cru 2014 de très haut niveau
Mais tout en se réjouissant très sincèrement de leur victoire, on ne peut s'empêcher d'avoir un pincement au coeur pour les autres nommés (que nous avions présentés ici), tant le cru 2014 de ces Victoires était de haute qualité.

On aurait volontiers assisté au sacre de Jacques Schwarz-Bart comme "artiste de l'année", lui dont l'album "Jazz Racine Haïti" constitue un envoûtement sans fin. On aurait imaginé que Cécile McLorin Salvant, sublime chanteuse de 24 ans, obtienne le prix de la "Révélation". On pouvait espérer secrètement que le jazz cosmique et électrisant de Ping Machine reçoive un trophée pour cet incroyable album live, "Encore". Et que dire des très beaux projets de Daniel Zimmermann ("Bone Machine"), Thomas Savy ("Bleu") et Magic Malik ("Tranz Denied"). Ils sont vaillants et inspirés, ils iront encore plus loin.

Réactions

- Émile Parisien, "Artiste de l'année" : "Honêtement, je ne m'y attendais pas du tout. Du coup, je n'avais rien préparé, je ne savais pas quoi dire. Beaucoup de respect pour les mecs avec qui j'étais nominé, pour moi c'était une évidence, leur parcours depuis si longtemps... Donc très surpris, et en même temps, très content. C'est surtout le fait de partager ça avec Vincent. Maintenant, même si ça me fait très plaisir, je prends la chose avec distance, je pense que ça ne va pas changer ma vie. J'ai envie de partager ça avec tous les musiciens avec qui j'évolue, je les remercie, sans eux on n'est rien. C'est un trophée pour tout le monde."

- Vincent Peirani, "Révélation de l'année" : "Je suis bien content. Par contre, sur scène, j'ai oublié de remercier ma femme et je m'en veux. C'est elle qui suit tout, de loin, de près, et qui vit les drames, les mélodrames et, parfois, les moments de joie. Et comme je n'avais rien préparé parce que j'étais persuadé que ça n'allait pas se passer,  j'étais un peu armoire sur scène ! Mais je suis hyper content. Et surtout, mon fils, qui a 5 ans, va être hyper content que je ramène une Piston Cup (la Victoire, ndlr) comme dans "Cars" ! Elle est dorée et il va surkiffer ! Et je suis content pour Émile et Thomas, on est des potes, c'est un peu une même famille."
L'équipe de Supersonic : Arnaud Roulin, Laurent Bardainne, Thomas de Pourquery, Fabrice Martinez, Edward Perraud et Frédérick Galiay, aux Victoires du jazz à Vincennes (13 juin 2014)

L'équipe de Supersonic : Arnaud Roulin, Laurent Bardainne, Thomas de Pourquery, Fabrice Martinez, Edward Perraud et Frédérick Galiay, aux Victoires du jazz à Vincennes (13 juin 2014)

© Annie Yanbékian
- Thomas de Pourquery, "Album de l'année" : "C'est du bonheur. On ne pense jamais à avoir un prix quand on fait de la musique. On pense à partager avec ses amis, à partager avec les gens. Ce n'est que de l'amour. C'est une surprise immense, un bonheur intense et très étonnant. Et ça récompense un groupe magnifique, des gens que j'adore, on s'adore tous, on a un bonheur tellement inouï à jouer ensemble que partager ce prix qui nous est offert par le métier, c'est quand même quelque chose, il ne faut pas le nier. C'est magnifique. Et d'être là aujourd'hui, fêter cet album avec tous les amis après être reparti de zéro après ce cambriolage dans lequel j'ai perdu tous les premiers arrangements pour ce projet, c'est un parfum d'éternité."

- Edward Perraud, batteur de Supersonic (le groupe formé par Thomas de Pourquery) : "On est super heureux ce soir. C'est un petit bonheur, une belle journée, même s'il n'y a pas de petite journée dans la vie. Il faut vivre chaque jour, c'est important d'être dans l'instant présent. La musique, c'est l'art de l'instant présent. C'est une victoire, mais ce n'est pas une victoire sur les autres musiciens, c'est une victoire sur l'adversité en général. Il faut beaucoup de ténacité, car parfois, les gens nous découragent, nous disent que ça va être trop dur... Mais en fait, il faut continuer. On essaye d'être intègre, honnête. C'est un bonheur."