"Move upstairs", la consécration des Como Mamas, reines du gospel

Par @Culturebox
Mis à jour le 18/05/2017 à 10H05, publié le 17/05/2017 à 17H57
Le trio The Como Mamas : Angelia Taylor, Della Daniels et Ester Mae Wilbourn

Le trio The Como Mamas : Angelia Taylor, Della Daniels et Ester Mae Wilbourn

© Aaron A. Greenhood

Originaires de la ville de Como dans le Mississippi, ces trois chanteuses nous livrent un gospel très roots, sans fioritures et sans choeurs emphatiques. Seulement leurs voix, leurs tripes, et une orchestration dépouillée. Leur dernier album "Move Upstairs" sort dans les bacs le 19 mai, et deux dates sont déjà prévues à Lyon et Avignon cet été, avant une tournée française à l'automne.

C'est seulement leur troisième album, mais les Como Mamas sont en passe d'acquérir le statut de véritables reines du gospel outre-atlantique. Jusqu'à il y a encore moins de 2 ans, Ester Mae Wilbourn, Della Daniels et Anglia Taylor n'avaient pas quitté leur ville de Como au Mississippi, où elles ont enregistré leur deux premiers disques "Get an understanding" et "Como now". En décembre 2015, elles quitent le deep south delta, direction Harlem pour participer à la traditionnelle Daptone Super Soul Revue au mythique Apollo Theater. Le label Daptone profite alors de leur présence pour les enregister, accompagnées des musiciens maison The glorifiers band.

Il en sort cet album épuré, différent du gospel dont on a l'habitude avec ses chorales enfièvrées.
Ici, retour à l'autentique, au brut de décoffrage, sans chichi. Retour aux sources du gospel : le negro spiritual, cette complainte entonnée par les esclaves dans les champs de cotons. En témoigne ce "Come out the wilderness", chant traditionnel acapella :
Out of the wilderness, premier single, enregistré en 2016
Mais loin de cultiver l'austérité, le trio sait aussi se montrer entrainant et festif avec des tonalités rhythm & blues, comme sur le morceau titre. Et toujours avec ces voix chaudes et graves, et ces roulements basso profundo dignes d'un Louis Armstrong ou d'une Ella Fitzgerald :
Soucieuses de transmettre leur héritage aux générations futures, les Como Mamas sont membres de la Music Maker Relief Foundation, qui cherche à préserver les musiques traditionnelles américaines, notamment en aidant des musiciens encore en activité à éviter la pauvreté et l'oubli. Différents programmes (documentation, concerts) permettent de promouvoir et enrichir la connaissance et l'appréciation des traditions musicales américaines.
move upstairs © Aaron A. Greenhood
Les Comos Mamas seront en concert le 18 juillet à Avignon et le 19 juillet à Lyon au festival des Nuits de Fourvière, avant une tournée française prévue à l'automne 2017.