Mort d'Eddy Louiss, organiste de jazz et musicien attitré de Claude Nougaro

Par @Culturebox
Mis à jour le 30/06/2015 à 19H07, publié le 30/06/2015 à 16H55
L'organiste de jazz Eddy Louiss, en 2010 à Paris

L'organiste de jazz Eddy Louiss, en 2010 à Paris

© GHNASSIA ANTHONY/SIPA

L'organiste de jazz Eddy Louiss est décédé mardi au CHU de Poitiers à l'âge de 74 ans, a indiqué son fils, Pierre. Le musicien d'origine martiniquaise fut le musicien attitré de Claude Nougaro dans les années 1960 et 1970. Il a porté haut les couleurs d'un jazz métissé et dansant, qu'il a partagé avec les plus grands.

Déjà opéré à deux reprises ces derniers jours pour une cataracte, il n'a pas supporté une troisième intervention consécutive à une chute, selon Pierre Louiss, qui a souligné que le musicien était parti "paisible, entouré des siens".

Né à Paris le 2 mai 1941, Edouard Louise -son vrai nom- est un musicien au "sang mêlé" (le titre d'un des ses albums), bercé dès son plus jeune âge par les mélodies de son père Pierre, trompettiste et chef d'orchestre martiniquais. Ce musicien touche-à-tout, loin de se limiter à l'orgue, avait débuté sa carrière dans les années 1950 dans l'orchestre de son père. Il étudie le piano et le solfège au conservatoire, et commence à jouer dans  les boîtes de jazz parisiennes : le Chat qui pêche, Le Tabou, le Club Saint  Germain.

Eddy Louiss fit partie des Double Six, légendaire groupe vocal du début des années 1960. "Je suis arrivé à l'orgue tout à fait par hasard, au moment où sortait Jimmy Smith", qui donna à l'instrument ses lettres de noblesse en jazz, confiait-il en 2010.

Au milieu des années 60, le jazzman Lou Bennett lui apprend le fonctionnement de ce qui deviendra son instrument fétiche : l'orgue. Il diffuse dans les années 1960 les chaudes mélodies de son orgue Hammond aux côtés de jazzmen prestigieux comme Stan Getz, Kenny Clarke ou Jean-Luc Ponty.

Le trio HLP (Daniel Humair à la batterie, Eddy Louiss à l'orgue, Jean-Luc Ponty au violon) joue "Carole's Garden" en 1966

Eddy Louiss sera le musicien attitré de Claude Nougaro pendant 13 ans (entre 1964 et 1977), enregistrera à la Nouvelle-Orléans un disque funk new-orleans avec des musiciens locaux. Il avait fait le choix, "pas forcément facile", de s'éloigner de Claude Nougaro pour faire entendre sa propre musique, a expliqué son fils.

Nougaro, fan d'Eddy

"Eddy Louiss est un des plus grands musiciens de jazz du monde. Un des plus grands musiciens de la planète, tout simplement. J'ai eu envie d'associer à son cinéma musical, mon ciné-mot", disait de lui le créateur d'"Armstrong". 

"Ces musiques sont faites d'abord pour rassembler. Si, au départ, l'isolement a pu faire la force et l'originalité de ces musiques, une nouvelle force viendra, maintenant, en les mélangeant. Typique ou jazz, la danse est indissociable de la musique, du chant et du rythme", disait-il. C'est dans cet esprit qu'il fonde dans les années 80 son "big band", le "Multicolor Feeling", octet qui se transforme à l'occasion en fanfare d'une soixantaine de musiciens, rassemblant professionnels ou néophytes. 

"Il pourrait faire de la musique avec un bout de bois", jugeait Bernard Lubat, un autre de ses complices, tandis que le journaliste Rémy Kolpa Kopoul, disparu en mai, le qualifiait de "Falstaff du swing". 

Le musicien, amputé de la jambe gauche il y a une dizaine d'années à la suite de complications artérielles, se tenait un peu en retrait de la scène  depuis quelques années. Mais il avait encore des projets musicaux, notamment avec le musicien Michel Portal, a ajouté son fils.
Claude Nougaro chante "C'est Eddy"


Claude Nougaro avait composé une chanson pour Eddy Louiss dont voici quelques paroles : 
"Hors de l'eau un orgue a surgi
C'est pas Némo c'est Eddy
À l'horizon l'orgue se hisse
Oh hisse et oh, c'est Louiss"