Michel Legrand et Baptiste Trotignon à l'affiche du nouveau festival Variations, à Nantes

Par @Culturebox
Mis à jour le 29/03/2017 à 15H40, publié le 29/03/2017 à 14H40
Michel Legrand le 28 août 2014 à Venise (à gauche), et Baptiste Trotignon le 10 novembre 2014 à Paris

Michel Legrand le 28 août 2014 à Venise (à gauche), et Baptiste Trotignon le 10 novembre 2014 à Paris

© Ekaterina Chesnokova / RIA Novosti / Sputnik (à gauche) ; Bertrand Guay (à droite) / AFP

Michel Legrand et Baptiste Trotignon sont les têtes d'affiche de la première édition du festival "Variations", qui propose à Nantes de vendredi à dimanche une vingtaine de concerts éclectiques, en majorité gratuits, autour du piano et des claviers, du jazz au classique et à l'électro.

Le festival Variations, coproduit par Le Lieu unique, scène nationale de Nantes, et la Fondation BNP Paribas, naviguera entre les compositions classiques de Chopin ou de Jean-Sébastien Bach et les musiques jazz, électroniques ou expérimentales, avec de nombreuses propositions inédites et à 70% gratuites.

Piano et claviers forment "une famille d'instruments assez large qui nous permet d'imaginer un festival qui va toucher un public très différent, avec des propositions très grand public, comme Baptiste Trotignon ou Michel Legrand, et des propositions plus difficiles, étranges, décalées", explique à l'AFP Patrick Gyger, directeur du Lieu unique.

24 concerts répartis sur cinq sites

Les 24 concerts doivent se dérouler pendant trois jours au Lieu unique et dans quatre lieux partenaires de Nantes, le théâtre Graslin, la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul, la chapelle de l'Immaculée et le manoir de Procé, "pris à rebrousse-poil de leur usage habituel", selon Patrick Gyger.

"On essaie de provoquer en permanence une sorte de regard de biais pour créer un petit décalage. Les gens iront à l'opéra pour écouter des bandes originales de comédies musicales ou à la cathédrale pour une installation qui utilise l'orgue pour en faire un matériau sonore et vivre une expérience", renchérit Cyril Jollard, programmateur.

Nouveau récital solo pour Michel Legrand

Michel Legrand, le compositeur aux trois Oscars âgé de 85 ans, propose samedi au Théâtre Graslin et avant une tournée mondiale un nouveau récital en solo au piano, consacré à ses plus grandes musiques de films, 55 ans après avoir composé celle de "Lola", premier opus du Nantais Jacques Demy.

Autre interprète très renommé, le pianiste de jazz français Baptiste Trotignon donne un concert solo samedi à la Chapelle de l'Immaculée.

Baptiste Trotignon dans un extrait de l'album "Chimichurri" (2016) réalisé en duo avec le percussionniste argentin Minino Garay : "La Cambiada" (Gerardo Di Giusto)

Dès vendredi, le trio du clarinettiste de jazz Louis Sclavis revisite les classiques en compagnie d'un trio de musique baroque, l'Ensemble Amarillis. Le même jour, le pianiste Chad Lawson, dont l'album "The Chopin Variations" a été numéro 1 des ventes aux États-Unis à sa sortie en 2014, proposera une relecture de l'œuvre du grand compositeur romantique, également vendredi.

Le soliste Nicolas Horvath interprètera l'intégrale des œuvres pour piano de Philip Glass, un marathon musical de douze heures découpé en deux parties.

Le pianiste de musique pop Chassol et les soeurs Katia et Marielle Labèque clôtureront dimanche le festival avec une "Nuit américaine" autour des œuvres de Steve Reich, Moondog et Bryce Dessner.

"Elpmas" de Moondog joué pour la première fois

L'album "Elpmas" de Moondog, génie méconnu dont la musique éclectique a été très peu jouée en concert, sera interprété pour la première fois sur scène au Lieu unique samedi, dans une création de l'Ensemble O. L'Américaine Joanna Brouk donnera le lendemain son premier concert en Europe, après une parenthèse scénique de 30 ans.

Extraits de "Elpmas" de Moondog, par l'ensemble 0

"Variations", qui a invité d'autres artistes "un peu mis de côté par l'histoire de la musique", comme Keith Tippett, l'un des pionniers du rock progressif, ou le compositeur et percussionniste Lino Capra Vaccina, fait également la part belle à la nouvelle génération, avec notamment la pianiste nantaise Laetitia Velma en ouverture du festival vendredi.

Pour cette première, le festival vise environ 7000 spectateurs, dont 4000 payants.