Lisa Simone, Kenny Neal et Anna Kova à Cognac Blues Passions

Par @Culturebox
Publié le 06/07/2017 à 15H52
Lisa Simone a tout donné lors de sa prestation. 

Lisa Simone a tout donné lors de sa prestation. 

© Yohan Bonnet / AFP

40 artistes en 5 jours sur 7 scènes différentes. Le programme du festival Cognac Blues Passions est assez exceptionnel. Pour cette 24e édition, pas de stars planétaires mais tout de même Lisa Simone, Kenny Neal et Anna Kova le premier soir. Le festival se veut, plus que jamais, un espace de découvertes pour le public mais aussi d'expérimentations tant les genres représentés sont variés.

Pour cette 24e édition, la direction a souhaité prendre des risques en n'invitant pas des grands noms de la musique comme Sting ou Lenny Kravitz dans le passé. Michel Rolland, le directeur du festival souhaitait une programmation avec des artistes "qui ne passent pas à la télé." Aux vues de l'affluence devant les sept scènes du festival, le public semble s'y retrouver. Il reste encore quelques jours pour profiter de ces spectacles réunissant les bases du blues afro-américain, et de toutes ses arborescences modernes. 

Reportage France 3 Poitou-Charentes F. Gibert / I. Hirsch / T. Chapuzot / L. Gautier / P. Simon / F. Cavan / M. Naudin / A. Liégard

Un festival qui revient à ses origines

Le festival Cognac Blues Passions, c'est avant tout un évènement qui fait la jonction entre les différentes branches du blues, du plus traditionnel au plus moderne, avec toutes les nouvelles influences que le genre a connu. Un véritable défi pour Michel Rolland à la programmation, et Catherine Mattéi à la présidence. 

Lisa Simone en tête d'affiche

Nombreux sont les "enfants de…" qui n'arrivent pas à sortir de l'ombre de leur parents. Pour Lisa Simone, fille de Nina Simone, la notoriété de sa mère n'a jamais été un fardeau. 

Pour vous c'est difficile ! Pour moi, ça n'a jamais été un problème. Ma mère, c'est ma mère, simplement. C'était facile pour moi, j'ai toujours chanté. Et puis, je ne suis pas une si mauvaise chanteuse. [Elle sourit]

Lisa Simone
Lisa Simone a partagé sa bonne humeur avec son public. 

Lisa Simone a partagé sa bonne humeur avec son public. 

© Yohan Bonnet / AFP
Lisa Simone donc, a réussi à se faire un prénom. Avec un jazz très vivant sur scène, elle fait revivre ses influences gospel dans des moments très chaleureux. Elle a trouvé en France une nouvelle famille d'adoption. La France "lui a permis de s'envoler". Alors quand elle est sur scène, elle veut tout donner pour rendre cet amour que lui transmet le public.

Une première soirée explosive

Symbole de cette réunion de plusieurs types de blues, la première soirée a été riche en émotions. Avec en ouverture, Anna Kova. À la croisée des chemins entre soul, hip hop et blues. Sur scène, la présence de plusieurs instruments étrangers au jazz traditionnel détonne : on retrouve des sampleurs et des pianos numériques pour insuffler une énergie nouvelle. 

Enfant du gospel et du Conservatoire c'est à Boston que sa voix gagne en profondeur et en contraste. Elle en profite aussi pour ouvrir son horizon dans le chant et fonde un groupe influencé par la soul, le motown et le hip hop. Puis elle revient en France et sort des productions aux accents électro. 
 

Anna Kova mêle le blues au hip hop et à l'électro. 

Anna Kova mêle le blues au hip hop et à l'électro. 

© Yohan Bonnet / AFP

L'artiste qui prend la suite d'Anna Kova vient lui aussi des États-Unis mais lui y est né. Kenny Neal vient de Baton-Rouge en Louisiane. Avec son album "Let it flow" sorti en 2009, il a été  nommé cinq fois aux Grammy's Award. Et pourtant il raconte qu'il lui a fallu se battre et aller à l'encontre de la volonté paternelle, pourtant bluesman, pour pouvoir jouer de la musique, parfois en cachette. 

 

Quand j'étais petit, mon père voulait que je fasse du baseball ou d'autres sports. Moi je préférais aller dans les bistrots et jouer du blues.

Kenny Neal
Kenny Neal a du choisir entre une batte de baseball et sa guitare.

Kenny Neal a du choisir entre une batte de baseball et sa guitare.

© Yohann Bonnet / AFP

Impossible de ne pas se laisser transporter par son style funky qui mêle le slap funk, le swamp et le Chicago Blues. Armé de sa Fender Telecaster, Kenny Neal fait le pari que sa musique peut faire oublier les turpitudes de la vie au public de ses concerts.

Kenny Neal est un adpete du slap funk.

Kenny Neal est un adpete du slap funk.

© Yohann Bonnet / AFP

Au total, ce sont 40 groupes ou artistes qui se produisent du 4 au 8 juillet dans un cadre idyllique, celui du jardin de l'île Madame à Jarnac. Consciente de l'investissement qu'une telle programmation a demandé, Catherine Mattéi pense surtout à ne pas bouder son plaisir et commence déjà à étudier la programmation de l'édition 2018 du festival.