Le pianiste cubain Alfredo Rodriguez abolit les frontières avec "Tocororo"

Par @Culturebox
Mis à jour le 14/06/2016 à 18H02, publié le 13/06/2016 à 17H07
Alfredo Rodriguez, Los Angeles, Janvier 2015

Alfredo Rodriguez, Los Angeles, Janvier 2015

© Rachel Murray/AFP

Alfredo Rodriguez vient de sortir "Tocororo" son 3e album. Il se produira les 7 et 8 juillet 2016 au festival de jazz de Montreux, en Suisse. Un lieu chargé d’émotion pour le pianiste cubain. C’est ici que Quincy Jones l’a découvert, il y a une dizaine d’années.

Reportage : A.Delcourt / G.Georghita / N.Karczinsky
Alfredo Rodriguez a sorti ce printemps son 3ème opus "Tocororo". Depuis, il  multiplie les dates de concerts aux Etats-Unis, au Canada et en Europe. Le protégé de Quincy Jones, qui est son producteur, est devenu à 30 ans le nouveau prince du piano jazz. Tout a commencé, il y a dix ans au Montreux Jazz Festival. L’illustre jazzman Quincy Jones le voit jouer et le prend aussitôt sous son aile. Il produira ses trois albums, dont le dernier "Tocororo", du nom de l’oiseau national de Cuba.

"Tocororo", l’album de la liberté  

"J’ai appelé mon album "Tocororo", explique Alfredo Rodriguez,  car c’est un animal qui meurt de tristesse s’il est enfermé dans une cage. Je trouve que c’est une bonne métaphore pour la musique en général". Alfredo Rodriquez a quitté Cuba en 2009 pour vivre aux Etats-Unis. A nos confrères de France Musique, il reconnaît volontiers que, "comme le Tocororo a besoin d'espace pour voler, ma musique a besoin de tremplin et d'opportunité pour être entendue par le plus de personnes possibles, ce qui n'aurait pas été le cas si j'étais resté. En raison de ses nombreuses restrictions, Cuba était ma cage et ne m'a pas permis de déployer mes ailes et faire ce dont j'ai envie à plus grande échelle".   
Extrait de "Tocororo"

Une musique sans frontières

La musique d’Alfredo Rodriguez brise les frontières. Et c’est particulièrement vrai pour son 3ème album. Le pianiste cubain a fait appelle à des musiciens venus de différentes cultures : Ibrahim Maalouf pour le Liban, Ibeyi pour Cuba, Richard Bona pour le Cameroun ou encore Antonio Lizana pour le flamenco. Un album qui n' a pas pas de limites, symbole d'un Cuba désormais ouvert sur le monde. 


Alfredo Rodriguez sera en France le 29 juillet 2016 pour un concert  à Lignan-sur-Orb (Hérault).