La disparition de Dave Brubeck, pianiste jazz de légende

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 05/12/2012 à 18H17
Dave Brubeck au festival jazz d'Antibes-Juan-Les-Pins en 1999.

Dave Brubeck au festival jazz d'Antibes-Juan-Les-Pins en 1999.

© Vanina Lucchesi / AFP

Le grand pianiste de jazz américain Dave Brubeck est mort mercredi d'une crise cardiaque à la veille de son 92e anniversaire, a annoncé son manager. Auteur de nombreux standards de jazz, il avait atteint le statut de pop star en enregistrant notamment "Take Five" et "Blue Rondo à la Turk" avec son fameux quartet. Dave Brubeck a joué quasiment jusqu'à son dernier souffle : l'an dernier, il se produisait encore sur scène.

Tout au long de sa carrière, écrit le Chicago Tribune, "il a défié les conventions imposées aux musiciens de jazz". "Franchement, les labels m'ennuient", disait-il. Le journal cite notamment "Take Five" dans lequel "son jeu transcendait les conceptions habituelles du rythme swing". Ce morceau, composé en 5/4,  est emblématique de son expérimentation sur les rythmes. 

"Take Five" Dave Brubeck Quartet

Dave Brubeck a appliqué au jazz les influences classiques du maître français Darius Milhaud, son professeur au Mills College d'Oakland, jouant "avec une élégance dans la tonalité et le phrasé censée être l'antithèse du son américain", écrit encore le journal.

Dave Brubeck, musicien blanc et grand admirateur de Duke Ellington, se sentait concerné par la lutte pour les droits civiques : il mit ainsi un point d'honneur à jouer dans les clubs de jazz du sud profond durant les années 50, lorsque la ségrégation raciale régnait encore, souligne le Chicago Tribune. Mais durant sa carrière, certains lui reprocheront toutefois d'aseptiser le jazz en l'éloignant de ses racines afro-américaines.

"Blue Rondo à la Turk" Dave Brubeck Quartet

Né en Californie le 6 décembre 1920, Dave Brubeck est remarqué très jeune pour ses dons de musicien, aussi bien par sa mère que par ses professeurs.

En 1951, il fonde un quartette de jazz, le Dave Brubeck Quartet, avec le génial saxophoniste Paul Desmond, le batteur Joe Morello et Eugene Wright à la contrebasse.

Ils enregistrent et sont sur la route durant toutes les années 50 et remportent un joli succès : Dave Brubeck fait même la couverture de "Time magazine" en 1954. Mais c'est l'enregistrement en 1959 de la composition de Desmond, "Take five", qui propulse le quartette vers les sommets.

L'album "Time out", qui réunit ce morceau légendaire, mais aussi "Blue Rondo a la Turk" (popularisé en France par Nougaro dans sa chanson "A Bout de Souffle") et "Three to Get Ready" (également repris par Nougaro pour "le Jazz et la Java"), crève le plafond des ventes, s'écoulant à un million d'exemplaires. 50 ans plus tard, 60.000 exemplaires de "Time Out" se vendent encore chaque année.

"Three to Get Ready" Dave Brubeck Quartet

Fidèle à sa formation classique, Dave Brubeck a par ailleurs composé deux ballets, une comédie musicale, trois oratorios, quatre cantates, une messe, plusieurs morceaux pour formation de jazz et orchestre symphonique, ainsi que de nombreuses oeuvres pour piano.

"Saint Louis Blues" Dave Brubeck Quartet

"Unsquared Dance" Dave Brubeck Quartet