La chope des puces fait école pour le Jazz manouche

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 05/09/2011 à 18H17
La chope des puces fait école pour le Jazz manouche

La chope des puces fait école pour le Jazz manouche

© Culturebox

"Mondine Garcia" a laissé son nom à l'école de Jazz manouche de la rue des rosiers à Saint-Ouen, installlée dans un lieu mythique pour les inconditionnels de cette musique, et où le guitariste avait ses habitudes : La chope des puces. 

Pendant plus de cinquante ans, Mondine Garcia a régalé tous les week-ends les amoureux de jazz manouche qui se donnaient rendez-vous au coeur des célèbres puces de Saint-Ouen dans un estaminet baptisé "la chope des puces".
Le guitariste, qui se plaisait à raconter qu'il avait animé son premier bal à l'âge de 10 ans, venait s'y produire en compagnie de son fils "Ninine". Depuis décembre 2010, Mondine Garcia, qui a succombé l'année du centième anniversaire de la naissance de Django Reinhardt à une rupture d'anévrisme, est enterré au cimetière de Saint-Ouen. Ce guitariste hors-pair s'était également produit à l'occasion de défilés de haute-couture, animant les podiums de Cacharel ou de Christian Lacroix. La Chope qui a vu passé dans les années 30 le plus célèbre des guitaristes gitans, a connu des heures difficiles avant de renaître fin 2008 grâce à son nouveau propriétaire Marcel Campion. Outre l'école de musique manouche installée au premier étage de l'établissement, il souhaite y installer une lutherie et un studio d'enregistrement. Thomas Dutronc et Sanseverino ont été parmi les premiers à célébrer en musique la renaissance de ce lieu mythique de la culture parisienne underground.          

A voir aussi sur Culturebox :
- Le Trio Rosenberg invite Sanseverino à Jazz sous les Pommiers
- Christian Escoudé joue Brassens version jazz manouche
- Le festival de jazz d'Ajaccio fête son 10e anniversaire