L'organiste Eddy Louiss de retour sur scène pour Orléans Jazz

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 25/06/2010 à 14H25
L'organiste Eddy Louiss de retour sur scène pour Orléans Jazz

L'organiste Eddy Louiss de retour sur scène pour Orléans Jazz

© Culturebox

Le jazzman français Eddy Louiss a choisi le festival Orléans' Jazz pour faire son grand retour sur scène après quatre ans d'absence. Le 24 juin 2010, cet organiste de génie, a participé à la soirée hommage organisée à l'occasion du 100ème anniversaire de la naissance de Django Reinhardt.

Parler d'Eddy Louiss, c'est un peu comme ouvrir un livre d'images dans lequel on croiserait toutes les grandes figures du jazz des années 50 à nos jours. Né à Paris et fils d'un papa musicien et trompettiste d'origine martiniquaise, Eddy Louiss a commencé à jouer du piano à l'âge de 5 ans. Il complètera sa formation avec la trompette, le vibraphone et enfin l'orgue qui va devenir son instrument de prédilection. Il deviendra un des maîtres incontestés de cet instrument. Mais c'est au piano qu'Eddy Louiss commença sa carrière avec le groupe vocal les Double Six. Sa carrière lui permettra ensuite de côtoyer Dizzy Gillespie, Quincy Jones, Art Taylor, Kenny Clark, Stan Getz, Jean-Luc Ponty et Daniel Humair (il formera avec ces deux derniers le célèbre trio HLP), Michel Petrucciani, Richard Galliano...Mais son grand talent fut aussi de ne pas se couper de la "variété". Eddy Louiss accompagnera en effet au piano Nicole Croisille, Jane Birkin, Henri Salvador et surtout Claude Nougaro, qui lui dédiera même une chanson ("C'est Eddy"). Amputé de la jambe gauche, l'organiste qui approche les 70 ans a sorti récemment un nouvel album intitulé "Taurorque", contraction entre taureau et orque. Pour ceux qui cherchent le pourquoi de ce nom en explications savantes, le jazzman explique : "c'est surtout pour se marrer et pour semer la Sacem, où tous les titres imaginables semblent avoir déjà été enregistrés !".


-> A voir aussi sur Culturebox :
- Avec la Swing Romane Académie, le jazz manouche a son école
- Musiques croisées au festival Jazz à la Base