L'Orchestre sans tabou de Boris Vian

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 07/06/2009 à 12H03
L'Orchestre sans tabou de Boris Vian

L'Orchestre sans tabou de Boris Vian

© Culturebox

Boris Vian est décédé d'une crise cardiaque à l'âge de 39 ans, le 23 juin 1959, alors qu'il assistait à la première de l'adaptation cinématographique de son roman, "J'irai cracher sur vos tombes".

Ingénieur de l'Ecole centrale: c'est sans doute la facette la moins connu du célèbre écrivain et trompettiste du quartier Latin. Celui qui rêvait de faire fabriquer par son oncle, infâme bricoleur, des bombes atomiques, a participé à l'une des explosions majeures de l'histoire du Jazz : l'invention du Bebop. Elaboré dès les années 40 aux Etats-Unis, ce courant va débarquer en Europe à la faveur de l'arrivée des soldats alliés.
Ce style est né en marge des big-bands traditionnels. Certains musiciens voulant se débarrasser du corpus traditionnel, se retrouvent dans des formations plus réduites où ils peuvent laisser libre-court à leurs improvisations. C'est lors de ces concerts, notamment au Minton's Playhouse de Harlem, que Thelonious Monk, Charlie Parker et Dizzie Gillespie vont improviser cette recette savoureuse faite d'accords dissonants et de montées chromatiques. Charlie Parker, Miles Davies, Oscar Peterson, Charles Mingus ou encore Sonny Rollins apporteront leurs ingrédients au Bebop, décliné dans sa version parisienne par l'Orchestre du Tabou de Boris Vian. "Ah, si j'avais un franc cinquante....je remettrai bien une pièce dans ce Juke-box des années 50".

->Lire l'article de Jean Claude Rongeras sur france3.fr

-> La bio complète de Boris Vian