Le pianiste arménien bouscule les codes et fait voyager sa musique entre Orient et Occident.

Sur la scène du Magic Mirrors à Coutances, le musicien vient défendre son dernier album « Mockroot », sorti en janvier 2015 (Nonesuch Records). Un opus délicat mêlant avec brio rock, électro, jazz et, en toute logique, de la musique de son Arménie natale.

Tigran Hamasyan est jeune (il est né en Arménie en 1987) mais joue déjà dans la cour des grands. Sa maîtrise technique et son sens de l’improvisation lui ont ouvert grand les portes de la jazzosphère internationale. À trois ans, l'Arménien commence son aprentissage au piano, et toute son enfance sera rythmée au son des Beatles ou Led Zep, et quelques grands noms du jazz comme Louis Amstrong. Tout juste âgé de 11 ans, il se produit dans un festival à Erevan, capitale arménienne, puis se fait repéré par des stars, Avihai Cohen ou Chick corea

Écoutez "Entertain me", extrait de l'album "Mockroot" défendu à Coutances :


Le pianiste multiplie les récompenses les plus prestigieuse, dont le concours Thelonious Monk en 2006, enregistre son premier album solo en 2011, "A Fable" et multiplie les collaborations avec Brad Meldhau... Pour l'album "Mockroot", Tigran Hamasyan fait appel à Sam Minaie (basse électrique) et Arthur Hnatek (batterie).

En septembre 2013, Tigran Hamasyan nous racontait son attachement à ses racines arméniennes et leurs influences sur ses compositions.

Distribution

  • Date 16 mai 2015
  • Durée 1h 30min
  • Production Sombrero