Jazz in Marciac : Stanley Clarke souhaite un joyeux anniversaire au festival

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/08/2017 à 18H31, publié le 08/08/2017 à 15H21
Stanely Clarke lors de la 40e édition de Jazz In Marciac

Stanely Clarke lors de la 40e édition de Jazz In Marciac

© Sebastien LAPEYRERE/MAXPPP

C'est une des légende du jazz. L'un de ceux qui a révolutionné le jeu à la basse électrique. Stanley Clarke a fait halte à Jazz In Marciac pour livrer une prestation très rythmée. Il a aussi tenu à s'entourer de jeunes talents, qui représentent l'avenir de cette musique.

Jazz in Marciac : Stanley Clarke souhaite un joyeux anniversaire au festival

"Marciac, l'un des plus grands festivals du Monde !"

"C'est vraiment sympa de jouer de la musique ici. Ce que j'ai préféré, c'est quand il y avait les deux duos : Herbie Hancock et Wayne Shorter, et puis moi et Chick Corea. Pour jouer en duo devant un public nombreux, il faut qu'il soit un peu plus exigeant que face à un groupe de rock, ou de pop. J'ai vraiment apprécié ce public de Marciac. Il avait l'air d'écouter absolument tout, jusqu'à la moindre petite note. Et ça m'a vraiment impressionné."

Reportage France 3 Midi-Pyrénées C. Sardain / J. Pigneux / J. Eon / M. Dailly / P. Level

C'est dire si Monsieur Stanley Clarke a été touché par l'accueil des spectateurs de Jazz In Marciac. Car à 66 ans, il a toujours la même énergie sur scène, lui qui a inventé une nouvelle façon d'utiliser la basse électrique.  

Quand j'étais jeune, j'ai eu la chance que ma mère s'assure que je reçoive une solide éducation musicale : blues, jazz, gospel. En grandissant, je suis devenue un musicien de jazz fusion, tout naturellement.

Stanley Clarke

Touche-à-tout, Stanley Clarke s'est fait une spécialité d'ouvrir son univers. À la fois au niveau de ses influences, mais aussi dans sa pratique. C'est comme ça qu'après être devenu une légende vivante de la basse, il est aussi devenu un contrebassiste accompli. Alors lorsque l'envie lui prend, il délaisse "thumbing, plucking" et autre techniques de slap pour se lancer des compositions de Jean-Sébastien Bach. 
 

Pendant son concert, Stanley Clarke passe de la basse électronique à la contrebasse.

Pendant son concert, Stanley Clarke passe de la basse électronique à la contrebasse.

© Sebastien LAPEYRERE/MAXPPP

Stanley Clarke prend sous son aile deux prodiges

Stanley Clarke s'est présenté sur scène avec un jeune prodige du piano, le géorgien de 21 ans Beka Gochiashvili. Un garçon à la carrière fulgurante. A quatre ans, il se prend de passion pour le clavier. A 9 ans, il se spécialise dans le jazz. A 13 ans, il remporte le concours de piano au festival de jazz à Montreux. En 2012, alors qu'il est encore mineur, il devient l'ami d'Herbie Hancock et de Chick Corea, avant d'enflammer le Black Sea Jazz Festival.

Une autre étoile montante au festival Jazz in Marciac, cette fois à la batterie, Mike Mitchell. Derrière ses lunettes rondes et baguettes à la main, Mike Mitchell n'a pas son pareil pour produire des percussions explosives. Lors du festival Jazz à Vienne,il se produisait dans le quintet de Christian Scott. 

Jazz in Marciac : Stanley Clarke souhaite un joyeux anniversaire au festival

Ces garçons peuvent interpréter aisément mon répertoire entier. Ils peuvent jouer n'importe quoi! Cette génération [début de la vingtaine] est bénie des dieux! Ils sont des enfants du web, ils se sont construit une culture très vaste, aussi hip-hop ou R&B. Ils écoutent toutes les variantes de jazz, ils aiment la musique classique, ils n'ont aucune limite stylistique. Comment ont-ils appris tout ça?! Je m'en étonne quotidiennement.

Stanley Clarke, interview dans la presse

 

Le prochain show de Stanley Clarke aura lieu aux Etats-Unis lors du Detroit Jazz Festival 2017. Il retrouvera là-bas son ami Herbie Hancock mais aussi d'autres grands noms du jazz : Dee Dee Bridgewater est annoncée, de même que Kyle Eastwood et son band.