Jazz à Vienne : une "All night jazz" festive et riche en sonorités

Par @Culturebox
Mis à jour le 15/07/2016 à 18H50, publié le 15/07/2016 à 18H23
Kamasi Washington

Kamasi Washington

© Culturebox / capture d'écran

Une fois n'est pas coutume, Jazz à Vienne ne s'achève pas avec la All night jazz ce soir. C'est au blues de Buddy Guy que revient l'honneur. La soirée emblématique du festival a eu lieu mercredi. Se sont succédés nOx.3, Robin McKelle, Faada Freddy, The JB's original James Brown Band, Kamasi Washington et Cory Henry and the Funk Apostles. Retour en musique sur une longue nuit haute en couleurs

La All night jazz, quoique humide, fut délicieusement longue et une fois encore riche en sonorités à Vienne. Entre le coucher et le lever du soleil, pas moins de 6 formations se sont succédées sur la scène du théâtre antique. Plus qu'un discours, voici un retour en musique sur cette soirée à nulle autre pareille, qui s'achève traditionnellement avec le café et les croissants. Une fois n'est pas coutume, elle n'a pas refermé le festival qui s'achève donc ce soir, avec un autre incontournable, la nuit du blues.

nOx.3, la nouvelle génération du jazz

Comme le veut la tradition, les lauréats du tremplin RéZZo FOCAL 2015 ont ouvert les festivités. Une première pour Mattieu Naulleau, Rémi Fox et Nicolas Fox, alias nOx.3, qui représentent la nouvelle génération du jazz français. Leur groupe, formé en 2013 a déjà deux albums à son actif : Waï Nox et Nox Tape.

Robin McKell, une voix digne des plus grandes

Robin McKelle est américano-irlandaise et aussi à l'aise dans un répertoire jazz, blues, soul ou plus pop, comme dans son 6e et dernier album "The looking grass". Son trimbre de voix lui a valu de nombreuses comparaisons et non des moindres, d'Ella Fitzgerald à Aretha Franklin ou Tina Turner.

Faada Freddy, des rues de Dakar aux scènes internationales

Il s'est fait connaître avec son groupe de rap Daara, reconnu dans toute l'Afrique de l'Ouest. Faada Freddy a depuis collaboré avec de grands artistes comme Damon Albarn (Blur, Gorillaz) ou Wyclef Jean des Fugees. Mais aujourd'hui, c'est en solo que le chanteur sénégalais est venu à Vienne. A l'image d'un Bobby McFerrin, il excelle dans les sons qu'il produit sans instrument (sifflements, beatboxing, percussions corporelles). A découvrir sur son premier album, "Gospel Journey".

Kamasi Washington, le saxophoniste qu'on s'arrache

C'est un saxophoniste hors pair qui a fait escale à Vienne pour cette all night jazz. Un musicien que l'on s'arrache dans tous les festivals. Outre son look reconnaissable entre mille, Kamasi Washington a la particularité d'offrir une très vaste palette de collaborations, de Flying Lotus à Wayne Shorter, de Snoop Dogg à Quantic. Le saxophoniste californien  a créé l’événement en 2015 avec un premier double album (3 heures !), "The Epic".

Cory Henry, le virtuose des claviers

Le public de Jazz à Vienne avait déjà pu apprécier Cory Henry dans une autre formation. Le claviériste, multi instrumentiste est en effet l'un des piliers des Snarky Puppy, très remarqués lors du festival 2015. Il a collaboré avec d'autres grands noms de la musique, de Kenny Garrett à ses débuts à Bruce Springsteen pour ne citer qu'eux. Depuis plus d'un an, il tourne avec son propre sextet, the Funk Apostles. Son album "The Revival" est paru au printemps

The JB's James Brown band

Le 26 décembre prochain marquera les 10 ans de la disparition de James Brown. Mais le "Godfather of soul" est resté bien vivant pas seulement dans les mémoires. Douze de ses anciens musiciens, les JB's, se sont réunis pour faire revivre  les grands classiques de l'une des figures majeures de la musique du XXe siècle. Parmi eux, trois membres historiques : le bassiste Fred Thomas, MC Danny Ray et la chanteuse Martha Hgh, choriste de James Brown pendant 35 ans.

L'extrait ci-dessous n'est pas issu de la soirée Jazz à Vienne.