Jazz à Vienne : Imelda May en sexy queen rockabilly, bluegrass et gospel

Par @Culturebox
Mis à jour le 09/07/2016 à 18H08, publié le 09/07/2016 à 17H39
Imelda May à Jazz à Vienne le 8 juillet 2016

Imelda May à Jazz à Vienne le 8 juillet 2016

© Marion Tisserand

Jazz à Vienne programmait vendredi 8 juillet 2016 une soirée 100% féminine. En première partie de Beth Hart, l'Irlandaise Imelda May a illuminé le Théâtre antique. Entre rockabilly, bluegrass, ballades et gospel, elle a fait vivre une musique inspirée des années 70/80 y ajoutant une touche personnelle principalement grâce à une voix exceptionnelle.

Finie la coiffure rétro, avec accroche-coeur blond platine très années 40. Imelda May est arrivée coupe longue au carré et frange mutine, tout de noir vêtue, robe courte moulante sans manche et bottines lacée à talons aiguilles. Elle a ouvert son spectacle avec une ballade douce et sensuelle et continué avec un rockabilly nettement plus emporté mais tout aussi sensuel. L'Irlandaise a exploré un répertoire très inspiré des années 60 à 80.

Attention, un problème technique survenu lors de la captation du spectacle d'Imelda May à Vienne ne nous permet pas de vous proposer ces vidéos avec la qualité sonore habituelle.

Entourée de quatre musiciens très efficaces, parmi lesquels l'impressionnant guitariste Darel Higham, Imelda May visite des genres voisins mais différents et elle excelle aussi bien dans le rockabilly, le bluegrass, le rock et le gospel. Petit air rétro donc mais qui ne donne jamais l'impression de faire dans la reconstitution historique. Si Imelda May rappelle parfois Pat Benatar ou Chryssie Hynde (des Pretenders), voire Debbie Harry, elle n'a pas beaucoup d'effort à faire pour s'écarter de ces figures tutélaires et imposer sa propre personnalité.

Jazz à Vienne, Imelda May le 8 juillet 2016

Jazz à Vienne, Imelda May le 8 juillet 2016

© Marion Tisserand

Programmée en première partie de soirée, Imalda May a conquis très rapidement le théâtre antique. N'eut été la promesse de l'arrivée de Beth Hart, on se serait cru en fin de soirée tant le show d'Imelda May aurait mérité une programmation en deuxième partie. En tout cas, l'Irlandaise a offert en cadeau de bienvenue à l'Américaine un public sur les braises. La soirée commencée dans le rockabilly et le bluegrass a continué avec le rock blues à la Joplin de Beth Hart. Soirée parfaite.


Imelda may a interprété des extraits de ses albums dont le dernier "Tribal" est paru en 2014. Parmi les titres les plus connus "Johnny got a boom boom" et "Road Runner".