Jazz à Vienne : Hugh Coltman et Diana Krall, les voix de la séduction

Par @Culturebox
Mis à jour le 11/07/2016 à 12H50, publié le 06/07/2016 à 18H48
Diana Krall à Jazz à Vienne 2016

Diana Krall à Jazz à Vienne 2016

© Marion Tisserand

Les soirées s'enchaînent à Jazz à Vienne et ne se ressemblent pas ! Hugh Coltman a réservé une jolie surprise pour cette première partie de soirée avec son hommage à Nat King Cole. Le chanteur britannique a séduit le public tout en finesse. La star internationale Diana Krall a ensuite offert un spectacle impeccable de maîtrise, avec une belle envie de briser la glace.

Après sa prestation très remarquée lors de la soirée hommage à Chet Baker, Hugh Coltman  est de retour sur la grande scène du théâtre antique, en première partie d'une grande dame du jazz, Diana Krall. Un honneur pour le plus français des bluesmen anglais. Voilà une quinzaine d'années qu'il s'est installé à Paris avec son épouse et ses enfants.

Après le blues, la pop et la soul, Hugh Coltman a choisi cette fois de s'approprier le répertoire de l'illustre crooner américain "Nat King Cole". Ambiance feutrée, le soulman à la voix chaleureuse se montre à la fois expressif et tout en retenue, enchaîne grand standards et titres moins connus.


Au moment où il propose sa version du standard "Mona Lisa", ponctuée d'applaudissements, le public est déjà conquis. Pour terminer sa prestation, Hugh Coltman reviendra à ses premiers amours : le Blues et l'harmonica. Le concert du soulman s'achève sur une standing ovation. Belle surprise pour une partie du public de Diana Krall qui l'a découvert ce soir-là.

Ce n'est pas un hasard si Hugh Coltman a choisi de réinterpréter les titres de Nat King Cole dans son album "Opus Shadows". Son disque est un double hommage : à sa mère tout d'abord, fan inconditionnelle du jazzman américain et au grand artiste noir lui même, victime de racisme et de ségrégation dans l'Amérique des années 50.  

Interview de Hugh Coltman dans les coulisses  de Jazz à Vienne


Quand Diana Krall tente de briser la glace 


Quand Diana Krall fait son entrée sur scène, elle impressionne par sa présence et sa froide intensité. Vêtue d'une robe noire et de talons aiguilles vertigineux, cette grande figure du Jazz vocal féminin s'installe avec une classe naturelle devant le Steinway.

On s'attend à ce que la star reprenne les chansons pop des années 70 de son dernier album "Walflower"  mais la pianiste attaque un premier morceau très jazzy. Nerveuse, précise, d'une très grande dextérité et technicité, cette fille de musiciens, et ancienne élève d'Oscar Peterson, est une virtuose.

De sa belle voix suave et sensuelle, elle alterne ses plus beaux titres comme "Let's fall in love" et les instrumentaux entourée de grandes pointures : Karriem Riggins à la batterie, Anthony Wilson à la guitare et Robert Hurst à la contrebasse.
 


Diana Krall a offert à son public un concert impeccable mais sans grande surprise. Et pour faire mentir ceux qui la trouvent bien trop froide, "Madame Elvis Costello" à la ville, a tenté de briser la glace en évoquant sa venue à Vienne il y quelques années, accompagnée de ses enfants. La belle quinquagénaire a même fait un peu d'humour pour le plus grand plaisir de ses fans. 
 

Je suis si heureuse de vous retrouver ! Ici, j'ai envie de chanter comme si j'étais à la maison, entourée de mes amis, un bon verre de vin à la main
 

Diana Krall su la grande scène de Jazz à Vienne avec son violoncelliste 

Diana Krall su la grande scène de Jazz à Vienne avec son violoncelliste 

© Marion Tisserand

 

Découvrez dans cette vidéo les réactions du public de Vienne tout de suite après le concert.


Hugh Coltman se produira en première partie de Diana Krall à l'occasion du Festival de Jazz à Juan-les-pins le 20 juillet prochain.
 

Hugh Coltman 

Hugh Coltman 

© Marion Tisserand