Jazz à Vienne : George Benson et Avishai Cohen sur des cordes sensibles

Par @OlivierFlandin
Mis à jour le 09/07/2015 à 16H31, publié le 08/07/2015 à 18H01
George Benson à Jazz à Vienne  2015

George Benson à Jazz à Vienne  2015

© Marion Tisserand

George Benson en crooner admiratif de Nat King Cole et Avishai Cohen dans une énergisante rétrospective de sa carrière ont charmé le Théâtre Antique, à leurs manières, dans des registres très différents et très personnels.

Les vingt musiciens de son big band sont déjà installés quand George Benson débarque sur scène en faisant quelques pas de danse avec son plus beau sourire.C’est l’une des premières dates de son spectacle issu de son disque "Inspiration" enregistré en hommage à Nat King Cole. Le ton est donné dès le début : George Benson est là pour jouer au crooner.


Après cinq premiers morceaux durant lesquels violons et cuivres enveloppent la star parfois un peu mielleusement, celui qui est surtout chanteur ce soir - mais que l'on verra tout de même à l'oeuvre lors de beaux solos de guitare - s’inquiète de la possible impatience d’une partie du public qui est venu ici pour danser : "Après Nat King Cole, il y aura une George Benson Party ! ". Mais ce n’est pas pour tout de suite. Il faudra encore supporter un duo avec la jeune percussionniste, qui est aussi une chanteuse façon Broadway, et qui va transformer  "When I Fall In Love" en véritable bande originale de comédie musicale. Un "Give me funky !" s’échappe de l'assistance.

Au delà de l’aspect un peu "variétés" du concert, George Benson, dans sa sincérité et sa parfaite élégance explique aussi les fondements de son admiration pour Nat King Cole et sert quelques belles versions de standards comme "Nature boy", "Unforgettable" ou "Too Young" durant lesquels on ressent  un véritable plaisir de jouer et de chanter. Ce grand monsieur de 72 ans scande à nouveau "Je vous le promets, on va faire une party !", comme pour s’excuser de ce show parfois un peu chamallow qui ne lui ressemble qu’à moitié. 

George Benson et sa guitare © Marion Tisserand

Mais la basse et la batterie, un peu noyées jusqu’alors sous les cuivres et les cordes du big bang commencent à prendre de la vigeur avec "Turn Your Love Around", l’un des dix tubes du maître récompensés d’un Grammy Award. C’est parti pour la "George Benson party". Le Théâtre Antique commence à chalouper, bouge de plus en plus, et prend des allures de véritable dancefloor, quand le plus funky des guitaristes de jazz se lâche enfin totalement sur l’incontournable "Give me the Night". C’est le moment des rappels alors que le concert aurai déjà dû se terminer depuis longtemps selon les organisateurs.

Si la première partie aura paru un peu longue à certains, personne ne semble désormais décidé à partir et c’est au terme d’une rayonnante version de "On Broadway" et d’un magnifique solo de guitare que George Benson quitte la scène, avec presque trois-quarts d’heures de retard sur le programme initialement prévu.

Avishai Cohen, suberbe concert entre amis


Avishaï Cohen à Jazz à Vienne 

Avishaï Cohen à Jazz à Vienne 

© Marion Tisserand

Lui aussi a quitté la scène avec un visage radieux, quelques heures auparavant. En première  partie de soirée, Avishai Cohen a présenté le spectacle inédit concocté spécialement à la demande de l’International Jazz Festival Organisation (dont Jazz à Vienne, Jazz à Juan et Montreux).  Un moment magique et très symbolique puisque le contrebassiste a choisi de mêler à son trio actuel, trois autres musiciens qu’il connaît depuis ses débuts à New-York , comme il nous l’a confié lors d’une interview. Il se dit aussi particulièrement heureux de jouer ici à Vienne.


Le résultat aura  été à la mesure de l’attente. Au rythme d’un répertoire pioché principalement dans son dernier album "From Darkness" et de ses premiers, "Colors" et "Unity", qui datent du début des années 2000, le musicien à montré toutes les facettes de son histoire musicale à travers ceux qui l’ont accompagné..

Au-delà du principe de la réunion de famille recomposée, la magie musicale à très rapidement pris entre la nouvelle génération et la plus ancienne. Le trompettiste Diego Urcola, Steve Davis au trombone et le guitariste Kurt Rosenwinkel ont merveilleusement rivalisé d’invention et d’engagement avec le jeune pianiste Nitai Herhkovits et le redoutable batteur Daniel Dor avec qui Avishai Cohen a signé cette année "From Darkness" son premier disque en trio depuis le succès de "Gently Distribued", il y a 10 ans. 

> Le concert d'Avishai Cohen est à voir en intégralité sur culturebox.

Parmi les nombreux moments forts du concert : le magnifique "Ballad for an Unburn", les intenses échanges de solos sur "Seven Seas"  et "Alfonsina y el mar" chanté par Avishai Cohen seul sur scène que l'on retrouve dans cette extrait vidéo.


Jazz à Vienne, jusqu'au 11 juillet

Avishai Cohen a imortalisé sa rencontre avec Georges Benson sur sa page facebook.
 

Avishai meets with the incredible George Benson for a double bill at Jazz à Vienne tonight!

Posted by Avishai Cohen on mardi 7 juillet 2015