Jazz à Vienne

du 29 juin au 13 juillet 2017

Oumou Sangaré: la voix du Mali dans les arènes de Jazz à Vienne

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/06/2014 à 16H13, publié le 29/06/2009 à 10H08
Oumou Sangaré: la voix du Mali dans les arènes de Jazz à Vienne

Oumou Sangaré: la voix du Mali dans les arènes de Jazz à Vienne

© Culturebox
"Sortir des sentiers battus pourn provoquer l'étonnement et la surprise". C'est le leitmotiv de la 29ème édition de Jazz à Vienne (27 juin au 10 juillet 2009). Un état d'esprit appliqué dès l'ouverture du festival isérois avec, à l'affiche, la malienne Oumou Sangaré

La carrière de celle qu'on appelle  "la gazelle malienne" a commencé en 1989 avec Moussoulou ("La femme"), son premier album, vendu à 200 000 exemplaires. Avec ses textes qui dénoncaient les conditions de vie des femmes au Mali, cette femme qui n'a jamais pu poursuivre ses études, bouscula d'un seul coup la société et les traditions de son pays. Une prise de position qui rendirent ses débuts difficiles, puis le succès est venu. Un succès énorme. De telle façon qu'aujourd'hui, chacun de ses albums est très, très attendu. Le dernier, intitulé "Seya", dénonce le mariage forcé, la polygamie, l'immigration mais parle aussi d'amour. En Europe, on vante la beauté d'Oumou Sangaré, sa voix, son charisme. Mais en Afrique, elle représente beaucoup plus que cela. Au Mali, on l'appelle "ijira éducatrice", une sorte de conseillère qui avec ses chansons est finalement plus écoutée que les politiques.