Révélé sur le tard par Daptone, le soulman a sorti son premier album en 2011. Le succès fut immédiat et planétaire

Mieux vaut tard que jamais : Charles Bradley a 63 ans lorsque, en 2011, il sort son premier album, "No Time For Dreaming". Il enchaîne les tournées accompagné du Menahan Street band, avant de sortir un deuxième opus en 2013, "Victim of Love".

Ce démentiel chanteur de soul sudiste vintage, découvert à l’aube des années 2000 par les ouïes de chez Daptone, label new-yorkais spécialisé dans le groove sixties et seventies, a hérité d'un organe poignant qui fusionne les voix d'Otis Redding et de Wilson Pickett. Un chant venu des tripes et de la rue, là où ce fan de James Brown – qu’il imitait dans les clubs de Californie sous le pseudo de Black Velvet – a passé sa vie à lutter pour vivre et surtout survivre. Bradley est une bête de scène, prédicateur habité, domptant le gospel à la sueur de son front et apprivoisant la soul sépia et l'énergie rhythm'n'blues de ses aînés comme nul autre.

Charles Bradley - The World (is going up in flames)

Charles Bradley : "The World (is going up in flames)" (2007)


Rencontre avec Charles Bradley dans "Alcaline, l'Instant" sur France 2 
 

Distribution

  • Date 03 septembre 2014
  • Durée 1h 30min
  • Production Oléo Films
A lire aussi