Jaques Morelenbaum, Hamilton de Holanda, Marcos Suzano sur scène à Paris lundi

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 15/06/2012 à 19H05
De gauche à droite : Marcos Suzano, Hamilton de Holanda, Jaques Morelenbaum

De gauche à droite : Marcos Suzano, Hamilton de Holanda, Jaques Morelenbaum

© DR

Lundi soir à Paris, tout amoureux de musique brésilienne n'aura qu'une adresse en tête : la rue des Petites-Ecuries, où se situe le New Morning, célèbre club de jazz. Deux trios se succèdent, six virtuoses, dont le bandoliniste Hamilton de Holanda, le percussionniste Marcos Suzano et bien sûr le violoncelliste Jaques Morelenbaum : Culturebox l'a contacté dimanche (voir plus bas).

Le concert débutera avec un premier trio composé par Vincent Ségal au violoncelle, Fernando Cavaco au cavaquinho (une petite guitare) et Sergio Krakowski au pandeiro (tambourin).

En seconde partie, le trio vedette réunira Jaques Morelenbaum au violoncelle, Hamilton de Holanda au bandolim (la mandoline brésilienne) et Marcos Suzano au pandeiro. Cette association inédite dans nos contrées a fait ses premiers pas européens à Toulouse, samedi en fin de soirée, lors du festival Rio Loco. A l'origine, le trio était un duo, formé en 2007 par Holanda et Suzano, autour d'un répertoire composé d'oeuvres de grands noms de la musique brésilienne des cinquante dernières années. Morelenbaum s'est joint à ce projet en 2009.


Suzano, Holanda et Morelenbaum sur scène à Rio, le 16 septembre 2009


Jaques Morelenbaum, une éminence de la musique brésilienne
Honneur à Maître Jaques ! Violoncelliste, compositeur, arrangeur, producteur, il a travaillé avec les plus illustres artistes brésiliens. Ancien arrangeur de Tom Jobim et membre de son groupe Banda Nova entre 1984 et 1994 (fatale année de la disparition du "Maestro Soberano"), Jaques Morelenbaum a également collaboré, entre autres, avec Caetano Veloso, Gilberto Gil et Ryuichi Sakamoto. Il a également animé un quatuor avec sa femme Paula, chanteuse, Paulo Jobim, guitariste (le fils de Tom), anciens membres de Banda Nova, et Daniel Jobim, pianiste (le petit-fils de Tom).

Ces derniers temps, l'inlassable Jaques Morelenbaum multiplie les projets. Il a participé au très beau disque "Alma" (Bonsaï) du pianiste cubain Omar Sosa et du trompettiste italien Paolo Fresu. Il travaille avec Gilberto Gil, en tant que chef d'orchestre, dans le cadre du projet symphonique "Cordes et machine à rythme" de l'ancien ministre de la Culture de "Lula" (une tournée passera par Istres et Lyon en juillet). Il anime par ailleurs un Cello Samba Trio (avec le guitariste Lula Galvão et le batteur Rafael Barata).

Hamilton de Holanda, virtuose du bandolim
Le bandoliniste Hamilton de Holanda, 36 ans, a débuté la mandoline brésilienne à l'âge de 5 ans, pour ne plus la lâcher. Ces dernières années, il se produit le plus souvent en quintette, mais a également formé un duo avec son frère, et diversifié ses collaborations avec différents artistes de renommée internationale.


Hamilton de Holanda Quintet : "Saudades do Rio", extrait de "Brasilianos 3" (2011)


Marcos Suzano, un maître du pandeiro
Le percussionniste et pandeiriste carioca Marcos Suzano, artiste très demandé, aurait à son actif quelque 300 collaborations artistiques, parmi lesquelles Lenine, Jorge Ben ou Sting (un recensement effectué par un fan japonais !). L'association avec des experts comme Hamilton de Holanda puis Jaques Morelenbaum sonnait donc comme une évidence.


Marcos Suzano et Hamilton de Holanda dans un festival de percussions suivi du fameux "Canto de Ossanha" de Baden Powell, à Curitiba (Brésil) en 2007


Quatre questions à Jaques Morelenbaum (joint dimanche à Toulouse par téléphone, au lendemain de sa participation à Rio Loco à deux concerts, le second avec le trio)

- Culturebox : Jaques, vous êtes associé à tellement de projets et d'artistes ! Comment vous êtes-vous retrouvé au sein de ce groupe ?
- Jaques Morelenbaum :
Je connais Marcos Suzano, qui est Carioca comme moi, depuis de nombreuses années. En tant que producteur, je l'ai invité à participer à de nombreux enregistrements et projets. Quant à Hamilton de Holanda, qui a grandi à Brasilia, je l'ai rencontré il y a trois ans, en 2009, à l'occasion d'un concert à Curitiba. Peu de temps après, lui et Marcos m'ont proposé de les rejoindre sur ce projet. Depuis, on se retrouve de manière très épisodique. Nous n'avons donné que quatre concerts en trois ans ! Deux à Brasilia, un à Rio, et le dernier à Toulouse, hier samedi ! Avec le New Morning, ça fera cinq.

- Pouvez-vous nous parler de cette association entre le bandolim, le violoncelle et le pandeiro ?
-
C'est une combinaison vraiment unique ! C'est très agréable et stimulant de jouer tous les trois. Et comme on joue peu ensemble, à chaque fois qu'on se retrouve, il y a une grande fraîcheur dans notre jeu. Avec mon violoncelle, je peux jouer la basse, ou également faire un dialogue mélodique avec le bandolim de Hamilton. C'est un grand challenge et une grande fierté de jouer avec Hamilton, qui a atteint un niveau de maîtrise technique tellement élevé, ainsi que Marcos, qui possède une façon complètement unique de jouer des percussions.

- Parlez-nous du répertoire de ce trio.
-
C'est un répertoire auquel je ne peux que m'identifier complètement. Il y a du choro, du samba, avec des compositeurs que j'admire : Egberto Gismonti, João Donato, Baden Powell, et bien sûr Tom Jobim, que Hamilton adore.

- Comptez-vous enregistrer un disque ?
-
Nous aimerions d'abord jouer ce répertoire en concert une vingtaine ou une trentaine de fois avant d'entrer en studio, ce serait l'idéal, même si pour l'nstant nous n'avons pas de dates concrètes prévues après Paris. Nous avons déjà pensé à faire un CD par le passé, mais des soucis techniques ont reporté ce projet. Malgré nos emplois du temps respectifs, nous espérons que cela pourra se faire cette année...

(propos recueillis par A.Y.)

Jaques Morelenbaum

Jaques Morelenbaum

© DR
Le trio Segal-Krakowski-Cavaco
En première partie du concert du New Morning, le public pourra entendre un trio formé par le violoncelliste et bassiste français Vincent Ségal, moitié du duo trip hop Bumcello, et deux Brésiliens, Fernando Cavaco au cavaquinho (petite guitare brésilienne à quatre cordes) et Sergio Krakowski, jeune pandeiriste ébouriffant que l'on a déjà vu sur scène à Paris, aux côtés notamment de David Linx et André Ceccarelli. Nous reparlerons de ce jeune homme qui participe activement à la nouvelle scène carioca...

Quand les membres de ce trio ont appris qu'un concert mettant à l'honneur Morelenbaum, Holanda et Suzano était organisé au New Morning, ils ont demandé avec enthousiasme à pouvoir y être associé.


Un choro par Sergio Krakowski, Vincent Segal et Fernando Cavaco, au Forum de Berre l'Etang au Ciné 89, en novembre 2011

Soirée Brésil au New Morning
Lundi 18 juin 2012, 20H30
Trio Segal - Krakowski - Cavaco en 1re partie
Trio Morelenbaum - De Holanda - Suzano en 2e partie
7 & 9, rue des Petites-Ecuries
75010 Paris
Infos & réservations : 01 45 23 51 41 ou en ligne

Pour info : Marcos Suzano anime des ateliers à Toulouse et Paris, en marge des concerts. Une session vendredi soir (19h-22H) à la Salle Perbosc (Ostal d’Occitània) et des ateliers mardi 19 et mercredi 20 juin (14h-17h, 19h22H), au Studio Bleu, 7 rue des Petites Ecuries.

> Le site de Hamilton de Holanda (mandoline)
> Le site de Bumcello, le duo que Vincent Segal (violoncelle) forme avec le batteur Cyril Atef
> Le site de Sergio Krakowski (pandeiro)
> La page de Marcos Suzano sur le site de Outro Brasil


Un bonus : Sergio Krakowski et le violoniste français Nicolas Krassik dans une petite démonstration (2008)