Décès du batteur Jacques Thollot

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/10/2014 à 15H22, publié le 02/10/2014 à 17H30
Jacques Tholot sur la pochette de son album "Watch Devil Go" (Palm Records, 1975)

Jacques Tholot sur la pochette de son album "Watch Devil Go" (Palm Records, 1975)

Le batteur de jazz Jacques Thollot, une des figures du free jazz en France, est mort d'une crise cardiaque jeudi chez lui à Mainneville (Eure) à l'âge de 67 ans, a-t-on appris auprès de son label musical, Nato. La ministre de la Culture Fleur Pellerin a salué la mémoire d'un "batteur mythique", "rompu aux expériences musicales les plus étonnantes".

Jacques Thollot est né le 9 octobre 1946. Après quelques années au conservatoire, il rencontre le batteur américain Kenny Clarke, qu'il va remplacer souvent dans les clubs parisiens. Enfant prodige de la batterie, il commence, très jeune, à jouer avec des grands du jazz comme Bud Powell, Chet Baker, Art Farmer, Lee Konitz.
 
Il devient le batteur d'Eric Dolphy avant de jouer avec Don Cherry.
Jacques Thollot, 13 ans, joue "Night in Tunisia" avec Georges Arvanitas, Robert Gardia, Bernard Vitet, Luigi Trussardi
 
Vers le free jazz
 
Après cet apprentissage dans les années 1960 qui l'emmène de plus en plus vers le free jazz, il a enregistré plusieurs disques en tant que leader dans les années 1970 et 1980. Son premier album solo, "Quand le son devient aigu, jeter la girafe à la mer" (1971) est devenu un disque culte.
 
Cet adepte d'un jazz tourmenté et osant mêler différents styles, il a notamment joué avec François Jeanneau, Siegried  Kessler, "J.F." Jenny-Clark ou Jean-Paul Céléa.
Jacques Thollot, "Tenga Niña", 1996
 
"Il avait encore beaucoup de musique à dire"
 
Moins présent dans la deuxième partie des années 1980, il revient en pleine lumière en 1996 avec son cinquième album en leader, "Tenga Niña", salué par la critique.
 
Il avait remonté un groupe il y a quelques années avec lequel il avait fait quelques nouveaux enregistrements. "Il avait encore beaucoup de musique à dire", a déclaré à l'AFP Jean Rochard, producteur du label Nato pour lequel avait enregistré Jacques Thollot.
Jacques Thollot, Cécile, extrait de "Quand le son devient aigu, jeter la girafe à la mer"
L'hommage de Fleur Pellerin
"La planète jazz est en deuil d'un batteur mythique. Figure du free jazz en France, musicien différent, rompu aux expériences musicales les plus étonnantes, il était resté l'enfant prodige qui, à dix ans, jouait de la batterie à l'enterrement de Sidney Bechet", a déclaré la ministre de la Culture Fleur Pellerin, jeudi soir dans un communiqué.